vendredi 22 avril 2016

Costa Rica - étape 2 - le Parc National Manuel Antonio

Le petit déjeuner typique est le gallo pinto. Kezako? Du riz sauté avec des haricots noirs et des oignons, poivrons et coriandre. C'est un plat complet qui allie féculents, légumes et protéines; idéal pour faire le plein d'énergie pour la journée.
Le programme du jour : visite du Parc National Manuel Antonio. Prix d'entrée : 20 USD par personne. Le stationnement est aussi payant car il se fait sur des parcelles de propriétaires privés. Comptez 8-10 USD par auto pour une journée.
Il faut savoir que ce parc est assez petit (16 km2) mais qu'il est le plus fréquenté de tout le Costa Rica car il abrite une biodiversité très riche. Afin de limiter l'impact sur la faune et la flore, les visiteurs sont limités à 600 par jour en semaine, et 800 en fin de semaine. Donc, sachez que vous ne serez pas les seuls dans le parc, et qu'il faut mieux s'y rendre tôt (le parc ouvre à 7h) pour deux raisons : ne pas être le 601ème et voir le maximum d'animaux qui sont en général plus actifs à la fraîche.
Les connaisseurs disent que ce parc est un véritable zoo du fait de son affluence mais aussi parce que l'on voit assez facilement les animaux. Dès l'entrée, nous avons pu admirer un paresseux en mouvement. Oui! En mouvement! C'est rare, ça !
Très belle surprise pour nous trois! Vous l'excuserez pour son allure de chien mouillé, une petite averse matinale a eu raison de son pelage.  
Quelques centaines de mètres plus loin, voici un deuxième paresseux. Bien plus haut, c'est un des nombreux guides qui l'observait avec un groupe qui nous l'a indiqué.
On continue tranquillement notre chemin sur la terre puis sur un chemin de bois. L'occasion d'admirer la flore au son des singes hurleurs dont on ne voit que les ombres dans les cimes des arbres.
Nous croisons une biche sur le côté, qui n'a pas l'air d'être choquée de voir autant de touristes la photographier.
Plus on avance dans le parc, plus on entend le bruit des vagues du Pacifique. Le parc a 4 plages dont deux très courues : Playa Espadilla Sur et Playa Manuel Antonio.
Ici la plage Manuel Antonio aux eaux turquoise. Juste avant d'arriver à la plage, il y a deux petites maisons qui permettent de passer aux toilettes et se changer avant d'aller à la plage, puis de se doucher et se changer au retour. Pratique!

Cette plage aura été notre première occasion de nous baigner dans l'Océan Pacifique durant ces vacances. Et quelle surprise de trouver l'eau à 30 degrés Celsius! C'est littéralement fou!
Conseil d'amis : mettez vos affaires en hauteur et surveillez aussi bien les grandes vagues que les ratons laveurs et singes qui n'hésitent pas à vous voler. Nous avons fait les frais d'un raton laveur et une dame de capucins à têtes blanches.
Sur la plage, on peut donc admirer des capucins à tête blanche en grand nombre, qui jouent, se prélassent ou même allaitent; des bernard l'hermite et donc des ratons laveurs. Côté océan, il parait que l'on peut observer des dauphins et des baleines à bosse.

Après une petit baignade sur chacune des plages dos à dos et une petite douche, nous voilà repartis sur un autre sentier : le sendero mirador. Comme son nom l'indique, on y va pour le panorama; et pour voir un panorama, il faut monter...
En reprenant son souffle, on peut admirer des lézards verts fluo, des lézards un peu moins "m'as-tu-vu"et des crabes de terre à carapace bleue mais pattes oranges. On verra aussi de très belles fleurs et d'immenses ficus.
Vue sur la plage Manuel Antonio
L'heure tourne, la chaleur commence à être un peu intense en forêt. Il est temps de quitter le parc pour aller manger et reposer nos jambes. Sur le chemin de la sortie, nous croisons des singes écureuils qui jouent devant nous, à quelques mètres. Nous entendons aussi les hurlements impressionnants de singes hurleurs, tout proches, mais impossible de les voir clairement. Pour l'anecdote, il paraît que la force des hurlements des singes hurleurs est inversement proportionnelle à la taille de leurs testicules. Toute analogie serait fortuite, bien sûr...
Après une balade aussi merveilleuse, il nous fallait un restaurant tout aussi exceptionnel. Nous nous arrêtons donc à El Avion, tout près de l'entrée du parc. Ce bar-restaurant est construit dans et autour d'un avion cargo militaire américain abandonné suite à la livraison d'armes au Nicaragua dans les années 1980.
On y mange bien, à peine plus cher qu'ailleurs, avec une vue magnifique sur cette partie montagneuse de la côte. Il paraît que l'on y voit des couchers de soleil sublimes.

Pour terminer notre journée, nous prenons la direction de Quepos, la ville la plus proche. Liam en profitera pour descendre une glissade et faire de la balançoire. La ville n'a pas un grand intérêt mis à part une belle plage qui semblait complètement déserte, un marché sur la promenade en bord de mer et plusieurs supermarchés pour se ravitailler.
Encore une belle journée au Costa Rica !
By Frank ;-)

Notre itinéraire de 14 jours, étape par étape :

Étape 3 : Uvita et sa région
Étape 4 : Jaco
Étape 7 : le volcan Arenal

1 commentaire:

Caro(line) a dit...

Un petit coin de paradis ! Le Costa Rica est définitivement sur notre liste pour un prochain voyage !!