mercredi 29 avril 2015

L'Océan secret de Jean-Michel Cousteau - Imax 3D

Depuis le 3 avril, le cinéma Imax Telus du Centre des Sciences de Montréal propose le film L'Océan secret de Jean-Michel Cousteau en 3D.
Dans ce film, le spectateur accompagne le fils de Jacques-Yves Cousteau dans une plongée spéciale, où il nous fait découvrir une faune sous-marine totalement inconnue. Jean-Michel Cousteau, fervent défenseur de l'environnement et de sa biodiversité, nous rappelle que ces micro-organismes marins (le plancton) sont à la base de la chaîne de vie océanique, et que nous en dépendons tous car il produit une quantité importante d'oxygène.

Voici la bande-annonce :
Grâce à des images très précises, on peut admirer de près, parfois même de trop près (cela peut être très impressionnant pour de jeunes enfants), une trentaine d'espèces. On passe de la gueule du mérou à l'anémone, de la conque au bernard-l'hermite, du poisson clown au poulpe, sans oublier le crabe flèche, le lièvre de mer tacheté ou encore le bénitier.
Ce que l'on apprend, c'est que toutes ces jolies fleurs sur les coraux sont en fait du plancton, donc des animaux, qui se livrent à des subterfuges parfois comiques pour se faire oublier de leurs prédateurs.

C'est un magnifique film, qui fait réfléchir sur la préservation de notre environnement. À voir !

By Frank ;-)


* Article fait suite à une invitation médias mais tous les avis nous sont propres.

mardi 28 avril 2015

Réserve naturelle Beauréal dans Lanaudière

Le printemps arrive tout juste au Québec et ce n'est pas la période la plus agréable pour aller se promener en forêt car la neige vient juste de fondre, il pleuviote et le sol est bien humide... Au moins, on ne croise pas grand monde!
Nous sommes allés à la Réserve naturelle Beauréal dans Lanaudière. L'entrée est gratuite en cette pré-saison, autrement il faudra compter 5$ par personne de plus de 3 ans.
Dès le départ, nous avons été séduits, il faut dire que le parcours de jeux dans les arbres à faible hauteur y a bien contribué!
Ponts variés, tyrolienne, on passe un bon moment en famille.
Ça fait du bien de se ressourcer dans la nature, à peine à 1 heure de route de Montréal.
La Réserve naturelle est bien aménagée : belvédère, sentiers balisés, tables de pique-nique, tout ce qu'il faut pour une promenade sympathique.
Les arbres tout nus sont un peu tristes et le jeu sera d'éviter les dernières plaques de neige.
Mais la nature se réveille tout doucement et c'est un plaisir de l'observer.

lundi 27 avril 2015

Fromagerie Rang 9 - Les Pavés de Plessisville

Nous avons reçu des fromages de la Fromagerie Rang 9 à déguster.
Pour fêter ses 25 ans, la fromagerie artisanale Éco-délices située au 9ème rang à Plessisville (à 2 heures de Montréal, dans les Appalaches) a changé de nom pour Fromagerie Rang 9. Nouveau nom, nouvelle image, nouveau site internet très réussi, nouveau packaging mais même produits.
La Fromagerie Rang 9 qui est certifiée biologique depuis 1987 produit 8 fromages différents. Nous avons goûté à 3 d'entre eux :
- le Mamirolle : un fromage à croûte lavée pâte demi-ferme créé en France dont la Fromagerie détient la licence au Canada. Mon préféré des 3 car le plus fort en goût.
- le Délices des Appalaches : un fromage affiné au cidre liquoreux mais dont le goût est subtile.
- le Louis Dubois : un fromage très doux aux notes de sous-bois.

J'ai pour ma part une manie : j'adore manger mon fromage chaud; ces fromages ont donc subi le même sort : en tartine fromage, tomate et basilic mais j'ai aussi profité de la Fête du croissant de ce samedi 25 avril pour faire des croissants au fromage ou fromage-tomates cerise-champignons.
Délicieux mais je suis tellement douée dans une cuisine que j'ai réussi à déclencher l'alarme incendie... bref... Le site de Fromagerie Rang 9 propose une sympathique section recettes et je tenterais bien leur recette d'aligot à la Meule des Champs, d'autant plus qu'elle n'implique pas l'utilisation du four! Hum hum...
Tout cela pour dire qu'on est fiers d'encourager cette petite fromagerie québécoise de 10 employés dont on trouve les produits un peu partout, supermarchés, fromageries... et même Costco! (il faut bien qu'on rentabilise notre carte...)
 
 
* Article fait suite à une invitation médias mais tous les avis nous sont propres.

dimanche 26 avril 2015

Chez Queux

Pour ma fête, nous sommes allés souper en amoureux au fameux restaurant Chez Queux. Je vous rassure tout de suite, queux veut dire chef en vieux français...
Situé dans un bâtiment historique du Vieux-Montréal (c'est-à-dire vieux de 150 ans), ce restaurant français est en activité depuis 1972, chose rare car seulement une vingtaine de restaurants montréalais ont plus de 30 ans de service.
La décoration est très classique avec murs en pierre, rideaux de velours, fauteuils et banquettes en velours cloutés, vitraux, cheminée.
Nous avons profité d'un coupon à 49$ le souper 4 services pour 2, la facture pouvant s'envoler très vite autrement. À noter toutefois qu'un menu plus simple est proposé à 24$ entre 17h et 18h si on veut venir tester l'ambiance.
Nous avons choisi en premier service la Crème brûlée de foie gras de canard, gelée de vin doux et brioche. Généreuse et goûteuse.
Puis la soupe du jour au maïs, excellente et originale avec son maïs soufflé sur le dessus.
Frank a choisi et bien apprécié l'Escalope de saumon grillée, sauce homardine servie sur un lit de blé.
Tandis que j'ai opté pour le Magret de canard rôti sauce émulsionnée au foie gras.
Les produits, les sauces et la cuisson étaient parfaits. De la bonne cuisine française parfaitement réalisée mais à laquelle on pourra juste reprocher un petit manque d'originalité. À la fois, on sait quand on va chez Queux qu'on va chercher du classique : dans le lieu, dans l'assiette et dans le service.
Pour le dessert : excellentes et très classiques crème brûlée à l'orange et tartelette au citron.
Nous avons très bien mangé et aimé notre expérience dans ce décor, pas si ampoulé que ça au final. Par contre, nous n'avons plus l'habitude d'aller dans ce type de restaurant et 2h15 pour un repas 4 services, cela nous a paru plutôt long. On trouve également Chez Queux une très belle carte de vins et quelques vins au verre à 9$ pour parfaitement accompagner les plats.
Un restaurant incontournable à Montréal, une expérience en soi!

vendredi 24 avril 2015

Stéphane Rousseau - Un peu princesse

Nous sommes allés à la première médiatique du sixième spectacle solo de Stéphane Rousseau : un peu princesse.

Pour la petite anecdote, qui dit médiatique dit stars et j'ai eu l'immense surprise de me retrouver assise à côté de Maxim Martin, l'humoriste que j'ai vu sur scène la dernière fois que je suis venue au Théâtre Saint-Denis. Bref, je referme la parenthèse groupie pour revenir à Stéphane...

Dans ce nouveau spectacle (enfin, pas tout à fait nouveau car il a été présenté en France sous le titre Stéphane Rousseau Brise la glace), l'humoriste se veut plus authentique, moins séducteur, utilise peu de personnages et révèle ses petits défauts et son côté "un peu princesse".
Crédit photo : David Kirouac

Il est accompagné sur scène par 2 musiciens - un au synthé et une à la batterie - qui lui donnent aussi la réplique dans plusieurs sketchs ce qui apporte une belle dynamique au spectacle. Stéphane Rousseau ne se prive pas de chanter, danser, faire une chanson à la guitare et il a bien raison car c'est un artiste aux multiples talents.
Crédit photo : David Kirouac

À 48 ans, il se moque de ses petits défauts, de la texture de sa peau qui n'est plus la même, de ses tatouages qui changent de place, de ses petits bobos, de sa crainte de vieillir. Il se plaint de n'avoir que des "qualités de merde" comme danser la lambada ou savoir faire la voix de choubaka,  nous fait rire avec ses réflexions de père indigne et revient sur sa séparation d'avec sa dernière femme (la franco-tunisienne-italienne Rheem Kherici) et le célibat.
Stéphane Rousseau
Crédit photo : Paul Langevin, agence QMI

L'humoriste fait revenir son personnage récurrent de Rico dans un sketch sur la séduction et fait plaisir à son public en reprenant au coin du feu Hélène de Roch Voisine.

Stéphane Rousseau connaît un beau succès en France et se moque à plusieurs reprises du côté "province" de Montréal. Très à l'aise sur scène, on sent bien que Stéphane Rousseau a du métier. Côté accent, comme nous avions pu le constater lors de son précédent spectacle à Montréal, il faut parfois "attacher sa tuque avec d'la broche" pour nous qui l'avons découvert en France où il s'exprime dans un français international comme on dit si bien.

Le spectacle dure 2 heures sans entracte et on ne s'ennuie pas une seconde, même si quelques passages chantés m'ont semblé moins pertinents. Cela confirme que Stéphane Rousseau est un véritable showman et que même s'il tente un retour à l'authenticité, il n'a pas tant changé...



Extraits choisis :


Vous le saviez pas quand vous avez réservé vos places qu'y avait une game à soir? moi non plus!

Je ne comprendrai jamais le concept de dépassement de soi. Si tu te dépasses toi-même, tu vas forcément te retrouver derrière.

Pas plus de sept heures de iPad, sinon, ils ne veulent plus regarder la télé. 

Fermez les yeux, sinon papa va vous les coudre. C'est du 2ème degré, papa il sait pas coudre.

Le placenta, c'est comme une pizza pocket chaude mais pas cuite, il faut mâcher.

Je tire sur la peau de mon coup et elle revient très lentement, avant c'était une autre partie de mon corps.

Je lisais ça dans... Châtelaine, le célibataire dort mieux.

Les dieux veulent tous qu'on soit fidèle... Dieu est une femme!



Au Théâtre Saint-Denis jusqu’à demain soir et du 26 au 30 décembre 2015. Stéphane Rousseau sera également en tournée à travers le Québec : stephane-rousseau.com.



* Article fait suite à une invitation médias mais tous les avis nous sont propres.

jeudi 23 avril 2015

Hiroshima et le sanctuaire de Miyajima

Après Tokyo, Hakone, Kyoto et sa région, nous reprenons le shinkansen pour nous rendre à Hiroshima.

C'est l'occasion de faire un tour rapide de cette ville tristement célèbre. Le 6 août 1945, le bombarbier américain Enola Gay lance la première bombe atomique. À 587 mètres d'altitude, la bombe explose et rase instantanément 3/4 des bâtiments de la ville et tue 75 000 personnes. Le décompte total de victimes tourne autour de 150 000 personnes. 
Nous avons rencontré sur les lieux un homme japonais, Mito Kosei, survivant in utero de la bombe atomique. À travers de nombreux portfolios, il met en parallèle le drame et le destin de sa famille. Ce que les habitants de cette ville ont vécu ce jour-là, mais les années suivantes aussi, est tout simplement inimaginable.
Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille de lire le blog de Mito Kosei ici ou bien ce site internet.
Ci-dessous, une photo du Genbaku Dome, un des rares bâtiments a ne pas avoir été pulvérisé, malgré sa proximité de l'hypocentre. Il est conservé comme témoin de cette époque, malgré la volonté de certains de le détruire pour tourner la page.
Tout proche, l'immense parc du Mémorial de la Paix abrite des dizaines de mémoriaux ainsi qu'un Musée de la Paix (malheureusement fermé le jour de notre visite). Ci-dessous le cénotaphe avec en perspective le G-Dome.

Le message véhiculé est certes un témoignage de la barbarie mais aussi un cri d'espoir pour une paix durable. Il faut toutefois noter qu'aucun président américain, dans l'exercice de ses fonctions, n'a jamais posé les pieds à Hiroshima...
Nous quittons, en ferry, ces lieux chargés d'émotion pour aller visiter le sanctuaire shinto de Miyajima et son fameux torii immergé,


Le torii est immergé à marais haute mais accessible à pied à marais basse.
Encore un mariage...
puis un autre !
 
Ce magnifique sanctuaire est une étape magnifique, on comprend les hordes de touristes. C'est aussi l'occasion de visiter le village, avec ses parcs, temples, cerfs en liberté et cerisiers en fleurs.
Parmi les spécialités locales, les huîtres chaudes mais aussi la pieuvre en brochette...
Quel plaisir que de passer une journée sur une si belle île !

By Frank ;-)