vendredi 24 avril 2015

Stéphane Rousseau - Un peu princesse

Nous sommes allés à la première médiatique du sixième spectacle solo de Stéphane Rousseau : un peu princesse.

Pour la petite anecdote, qui dit médiatique dit stars et j'ai eu l'immense surprise de me retrouver assise à côté de Maxim Martin, l'humoriste que j'ai vu sur scène la dernière fois que je suis venue au Théâtre Saint-Denis. Bref, je referme la parenthèse groupie pour revenir à Stéphane...

Dans ce nouveau spectacle (enfin, pas tout à fait nouveau car il a été présenté en France sous le titre Stéphane Rousseau Brise la glace), l'humoriste se veut plus authentique, moins séducteur, utilise peu de personnages et révèle ses petits défauts et son côté "un peu princesse".
Crédit photo : David Kirouac

Il est accompagné sur scène par 2 musiciens - un au synthé et une à la batterie - qui lui donnent aussi la réplique dans plusieurs sketchs ce qui apporte une belle dynamique au spectacle. Stéphane Rousseau ne se prive pas de chanter, danser, faire une chanson à la guitare et il a bien raison car c'est un artiste aux multiples talents.
Crédit photo : David Kirouac

À 48 ans, il se moque de ses petits défauts, de la texture de sa peau qui n'est plus la même, de ses tatouages qui changent de place, de ses petits bobos, de sa crainte de vieillir. Il se plaint de n'avoir que des "qualités de merde" comme danser la lambada ou savoir faire la voix de choubaka,  nous fait rire avec ses réflexions de père indigne et revient sur sa séparation d'avec sa dernière femme (la franco-tunisienne-italienne Rheem Kherici) et le célibat.
Stéphane Rousseau
Crédit photo : Paul Langevin, agence QMI

L'humoriste fait revenir son personnage récurrent de Rico dans un sketch sur la séduction et fait plaisir à son public en reprenant au coin du feu Hélène de Roch Voisine.

Stéphane Rousseau connaît un beau succès en France et se moque à plusieurs reprises du côté "province" de Montréal. Très à l'aise sur scène, on sent bien que Stéphane Rousseau a du métier. Côté accent, comme nous avions pu le constater lors de son précédent spectacle à Montréal, il faut parfois "attacher sa tuque avec d'la broche" pour nous qui l'avons découvert en France où il s'exprime dans un français international comme on dit si bien.

Le spectacle dure 2 heures sans entracte et on ne s'ennuie pas une seconde, même si quelques passages chantés m'ont semblé moins pertinents. Cela confirme que Stéphane Rousseau est un véritable showman et que même s'il tente un retour à l'authenticité, il n'a pas tant changé...



Extraits choisis :


Vous le saviez pas quand vous avez réservé vos places qu'y avait une game à soir? moi non plus!

Je ne comprendrai jamais le concept de dépassement de soi. Si tu te dépasses toi-même, tu vas forcément te retrouver derrière.

Pas plus de sept heures de iPad, sinon, ils ne veulent plus regarder la télé. 

Fermez les yeux, sinon papa va vous les coudre. C'est du 2ème degré, papa il sait pas coudre.

Le placenta, c'est comme une pizza pocket chaude mais pas cuite, il faut mâcher.

Je tire sur la peau de mon coup et elle revient très lentement, avant c'était une autre partie de mon corps.

Je lisais ça dans... Châtelaine, le célibataire dort mieux.

Les dieux veulent tous qu'on soit fidèle... Dieu est une femme!



Au Théâtre Saint-Denis jusqu’à demain soir et du 26 au 30 décembre 2015. Stéphane Rousseau sera également en tournée à travers le Québec : stephane-rousseau.com.



* Article fait suite à une invitation médias mais tous les avis nous sont propres.

Aucun commentaire: