mardi 7 mars 2017

Guatemala - étape 4 - Tikal, le somptueux site archéologique maya

Après nos quelques jours passés à Antigua, au Lac Atitlan et Chichicastenango, nous voilà fin prêts pour partir à la conquête des origines du pays : le monde maya.

Le site de Tikal se trouve dans le nord-est du Guatemala, dans la région du Peten, à la frontière du Mexique et du Belize. C'est une région quasi recouverte d'une immense forêt tropicale.
Pour nous y rendre, nous avons fait le choix de prendre l'avion entre Guatemala City et Flores (la ville la plus proche de Tikal) plutôt que de faire 10 heures de bus. Ça valait bien le 160$ (vol aller d'une heure) selon nous.
Après un vol Avianca rapide et une nuit dans un hôtel bien sympathique de Flores, nous sommes partis pour une journée d'excursion. Pour 150 GTQ (26 CAD environ) par personne, nous avons obtenu le transport aller/retour de notre hôtel à Flores à Tikal, ainsi que l'entrée du site.

Une heure de route dans un mini-van et hop nous voici enfin arrivés à Tikal, l'un des plus grands sites archéologiques et centres urbains de la civilisation maya précolombienne, inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1979.

À l'arrivée sur le site à 9h, petite averse, juste assez longue pour avoir le temps de se mettre de la crème solaire et du répulsif  anti-moustique, tous deux indispensables.
9h du matin, c'est l'heure de pointe pour l'arrivée sur le site. Donc pour nous débarrasser d'une bonne flopée de touristes, nous avons préféré faire le tour du site dans le sens contraire. Ce qui fait que nous avons commencé avec des temples moins mis en valeur et avons terminé avec la Gran Plaza, le site central de Tikal. La navette retour partant à 15h, nous avions 6 heures de temps devant nous.
Extrait de Wikipedia : 
''Tikal était la capitale d'un État conquérant qui fut l'un des royaumes les plus puissants des anciens Mayas. Bien que l'architecture monumentale du site remonte au IVe siècle av. J.-C., Tikal n’atteignit son apogée qu’au cours de la période classique entre 200 et 900 de notre ère. À cette époque, la ville dominait politiquement, économiquement et militairement, une grande partie de la région maya, tout en interagissant avec d’autres régions de toute la Mésoamérique comme la grande métropole de Teotihuacan, dans la lointaine vallée de Mexico, et il est prouvé que Tikal fut conquise par Teotihuacan au IVe siècle de notre ère. Après la fin de la période classique tardive, aucun nouveau monument important n’a été construit à Tikal et les palais de l'élite ont été brûlés. Ces événements se sont déroulés parallèlement au déclin démographique progressif, culminant avec l'abandon du site à la fin du Xe siècle.''

Ce qui est vraiment impressionnant dans ce site, c'est sa taille (576 km2), c'est d'imaginer qu'il a été peuplé d'environ 120 000 habitants autour de l'an 700, et enfin c'est de comprendre que les Mayas avaient inventé tout un système d'irrigation afin de pouvoir bénéficier d'une récolte annuelle supplémentaire. Quelle métropole cela devait représenter!
source : PennMuseum

Visite guidée rapide en images...



Temple VI

Le temple des inscriptions n'a été découvert qu'en 1951.

Temple V

La deuxième plus haute structure du site et l'Amérique pré-coloniale : 57m. Malheureusement, il est désormais interdit de le gravir (suite à un accident).


Photos du haut : Acropolis du sud / photos du bas : Place des sept temples.

La place des sept temples est assez impressionnante car elle est immense, et que les sept petits temples sont alignés sur son aile est.

Mundo Perdido complex 

Avec ses deux pyramides, c'est un endroit qui m'a véritablement conquis. Sur le montage, la pyramide avec le grand escalier est le temple talud-tablero. Cette pyramide peut se gravir, et c'est très intéressant d'y monter : tout d'abord, pour muscler ses cuisses et ensuite, pour la vue que l'on a depuis son sommet. Attention, la descente est un peu impressionnante, tellement les marches sont abruptes.

Ici, la pyramide du monde perdu. Je la trouve tellement romantique avec la végétation qui la recouvre par endroits! 31 mètres de haut, 67.5 mètres de largeur. Une des plus grandes structures de Tikal.

Temple IV

Cette pyramide est la plus simple à gravir, car un immense escalier en bois y est adossé. C'est actuellement la structure pré-colombienne la plus haute, et depuis sa plateforme (quasi au sommet), je vous prie de croire que c'est renversant. Sujet au vertige? Abstenez-vous, bien que la vue sur la forêt tropicale et le sommet d'autres temples en vaille la peine.

Un coati, et des vestiges encore bien ensevelis sous la végétation luxuriante

Enfin, nous arrivons à la Gran Plaza après 5 heures de balade. Le temple des masques fait face au temple du Grand Jaguar, avec au nord, l'acropolis nord, et au sud, l'acropolis centrale (il faut suivre!). Cet ensemble est donc très impressionnant, notamment du fait de la grande taille des deux pyramides.
Temple II - le temple des masques

Ce temple de 38 mètres de haut est très bien restauré. Il a été bâti par le roi Jasaw Chan K'awiil I en l'honneur de sa femme Lady Kalajuun Une' Mo'. C'est sur ce temple que plus 7000 personnes ont attendu la fin du monde le 21 décembre 2012...

La Gran Plaza
Temple I - Temple du Grand Jaguar

Cette pyramide porte ce nom car on y trouve un linteau qui représente un roi assis sur un trône de jaguar. Ce temple est haut de 47 mètres et a été excavé entre 1955 et 1964.


L'acropolis nord

C'est un véritable enchevêtrement de petits temples, autels, tombes ou encore stèle. Au pied du temple 33, on retrouve un immense masque sculpté dans la pierre, encore en très bon état.

Le temple du Grand Jaguar, depuis l'acropolis nord.

La grande photo : l'acropolis centrale
Le temple du Grand Jaguar vu depuis l'acropole centrale
Le masque du temple 33

Vous l'aurez compris, nous sommes littéralement tombés sous le charme de Tikal. Certes c'est un site hyper intéressant d'un point de vue historique, mais c'est aussi une magnifique promenade dans une jungle de singes hurleurs ou autres animaux bruyants. Avec la quantité de constructions enfouies et le plan en main, on a eu l'impression d'être des sortes d'explorateurs sur le point de découvrir les vestiges d'une culture oubliée... Indiana Jones ou les mystérieuses cités d'or, au choix!

Tikal est définitivement une étape indispensable dans un voyage au Guatemala (ou depuis le Belize tout proche). Et dire que nous avions pensé en faire l'impasse du fait de son éloignement...

À noter : 
  • Entrée du site : 150 GTQ (26 CAD) / personne. Attention, depuis février 2017, les billets doivent absolument être achetés d'avance à Banrural.
  • Il n'y a pas de distributeur d'argent sur le site.
  • Le site ouvre à 6h du matin et ferme à 18h, 365 jours par an. Il paraît que le lever du soleil y est magnifique, mais il faut être un sacré lève tôt ou dormir tout proche du site (il y a quelques hôtels sur place).
  • Aucun restaurant sur le site. Donc apporter de quoi manger et boire.
  • Par contre, il y a du soleil et des moustiques sur le site... donc crème solaire et anti-moustique!
  • De bonnes chaussures sont nécessaires, car il pleut souvent.

***
Avant de rentrer à l'hôtel, petit arrêt à Flores, une ville péninsule dans un lac. Malheureusement, nous n'avions pas nos maillots de bain pour nous baigner dans le lac... quel dommage, surtout après une journée si moite...
Nous avons alors pris le temps de longer le bord animé du lac, et de manger dans un très bon restaurant italien bon marché (et copieux) : Terrazzo.

Prochaine et dernière étape : Rio Dulce et Livingston

Frank ;-)

Aucun commentaire: