Lucia di Lammermoor à l’Opéra de Montréal

Texte par notre collaboratrice Maëlle


Le 9 novembre a eu lieu la première de l’opéra italien Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti (1797-1848) à la salle Wilfried-Pelletier à Montréal. 

L’opéra de Montréal présente exceptionnellement, jusqu’au 17 novembre, cet opéra tragico‑romantique avec l’exceptionnelle soprano Kathleen Kim. 


L’histoire de Lucia Di Lammermoor se déroule dans l’Écosse du 16e siècle, sur fond de guerre de religions, entre catholiques et protestants. Les clans se déchirent. Cet opéra italien, romantique par excellence, raconte l’amour impossible entre Lucia Ashton et Edgardo Ravenswood (interprété par le canadien Frédéric Antoun). Issus de deux familles ennemies, les amoureux sont contraints de se cacher du frère de Lucia (interprété par le baryton canadien Grégory Dahl), qui souhaite la marier à un autre homme : Arturo Bucklaw (interprété par le sud-coréen Mario Bahg). Ce dernier pourrait, grâce à sa fortune, rétablir la situation financière des Ashton...

Crédit photo : Yves Renaud

Vous l’aurez compris, les complots et les mensonges auront malheureusement raison de leur amour. 

Ce bel canto est bien connu pour l’une de ses scènes finales, celle où la folie s’empare de Lucia, scène remarquablement interprétée par Kathleen Kim. Sa voix forte est d’une clarté cristalline. Elle s’accorde remarquablement bien avec les musiciens tout au long de la représentation. Elle a su reproduire la fragilité de son personnage et nous offre de superbes envolées lyriques. Les hommes lui tiennent la part belle, leurs voix plus graves et puissantes contrastant avec la sienne.

Crédit photo : Yves Renaud

Les décors fastueux évoquent les tableaux des peintres romantiques du 19e siècle. L’éclairage sombre, au service du récit, les met en valeur. La vitesse à laquelle ceux‑ci alternent sur la scène au cours des trois actes est littéralement prodigieuse et donne l’impression au spectateur de voyager d’une scène à l’autre, d’un acte à l’autre.

Crédit photo : Yves Renaud

Pour assister à cet opéra à la distribution remarquable, dépêchez-vous car il ne reste que 3 dates!

Opéra de Montréal
Les 9, 12, 14 et 17 novembre 2019