Phoque Fest : sommes-nous prêts?

Avez-vous déjà mangé de la viande de phoque / veau marin / loup marin? Est-ce que c'est autorisé? Qu'est-ce que ça goûte? Pourquoi devrions-nous en manger? Où est-ce qu'on en trouve?


Le Festival Phoque Fest a lieu du 22 mars au 1er avril dans 8 restaurants de Montréal et 5 de Québec pour tenter de nous faire découvrir la viande de phoque. Pour un prix allant de 14 à 20$, il est possible de goûter dans chaque restaurant une recette de loup-marin (tataki, croquette, charcuterie, terrine, tartare, gravlax, pâté ou juste saisi) accompagnée d'une boisson alcoolisée en accord : bière, vin et parfois cocktail.


Si la chasse aux bébés phoques, les blanchons au pelage blanc, est interdite depuis 1987 (vous savez les images choc de bébés phoques tués au gourdin, la forte charge émotionnelle, Brigitte Bardot...), le loup marin est en surpopulation et le gouvernement Canadien établit un quota de chasse annuel de 400 000 pour le phoque du Groenland et de 60 000 pour le phoque gris pour assurer un équilibre dans les ressources marines. En effet, si on ne chasse pas les loups-marins, ce sont les espèces qu'ils mangent en grande quantité qui sont en péril : homards, crabes, crevettes et morue. C'est aux Îles-de-la-Madeleine que l'on trouve la plupart des chasseurs de phoque québécois et rassurez-vous, c'est principalement à la carabine qu'ils chassent les bêtes.


Le prix de la viande de phoque reste toutefois élevé, autour de 50$ le kilo et on en trouve parfois à Montréal dans des poissonneries comme La Mer ou Fou des îles. Si les madelinots ont appris depuis bien longtemps à la cuisiner, ce n'est pas le cas du reste des Canadiens et le Phoque Fest est une bonne occasion de voir comment l'apprêter.


J'ai eu l'occasion de manger 3 fois du phoque dans ma vie : en saucisson aux Îles-de-la-Madeleine cet été, au début du mois au Mondial des Cidres où un enseignant de l'ITHQ proposait avec ses étudiants une création originale, un carré frit de loup marin en accord avec du cidre brut de la Cidrerie le Somnambule et hier soir lors de la soirée de lancement du Phoque Fest.


Celle-ci avait lieu au Nom Nom, le nouveau restaurant de l'hôtel W et nous avons pu déguster l'entrée qui sera servie tout au long du festival (16$ avec un verre de vin) : phoque saisi en tataki avec gratin de pommes de terre douces, noix de coco et feuille de Kafir, salade de chou rouge au ponzu.


La viande de phoque est foncée et son goût s'approche de celui d'un gibier, du cerf par exemple mais avec un léger goût salé. Elle contient autant de protéines que le bœuf tout en étant moins grasse et plus riche en fer.

Si manger du phoque peut paraître encore difficile émotionnellement, posons-nous la question à savoir pourquoi on accepte de manger du veau ou de l'agneau par exemple... Si vous êtes curieux et prêt à découvrir une viande qui fait partie de la culture culinaire canadienne, rendez-vous sur Restomania!

SEALFEST-001-V5

Phoque Fest - 1ère édition
Du 22 mars au 1er avril 2018
À Montréal et à Québec

4 commentaires:

  1. Bonjour! Très bon article! Toutefois, le quota de chasse au loup-marin sont de 400,000 pour le phoque du Groenland et de 60,000 pour le phoque gris. Vous pouvez trouver ces informations sur le site du Ministère des Pêches et Océans. :-)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Merci pour la précision, nous allons corriger.

      Effacer
  2. Bonjour! Je pense qu'il y a erreur, car les chasseurs de loup-marin ne les tirent pas, ils utilisent un "bâton" à un point précis derrière la tête pour éviter toute douleur ou souffrance et du même coup éviter le sang, le trou de peau, etc.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Bonjour Jennifer, c’est aussi ce que je pensais mais la représentante du grossiste en loup marin nous a affirmé que 90% étaient tués à la carabine... Le « bâton » c’était l’outil traditionnel.

      Effacer

Présenté par Blogger.