mardi 16 février 2016

Notre vie à Montréal sans voiture

En immigrant à Montréal, nous avons fait le choix de vivre en ville et de vivre sans voiture. Et quand je vois les tempêtes comme aujourd'hui, je nous remercie! J'ai grandi dans la campagne périgourdine en France et Marie dans un village de région parisienne, nous étions pourtant tous les deux habitués à voyager en voiture, pour tout, tout le temps.
En habitant et en travaillant dans le centre-ville de Montréal, nous n'avions aucune utilité à acheter une voiture, si ce n'est pour se faciliter la vie dans les déplacements avec notre enfant, pour les achats à l'épicerie et aussi pour les sorties en dehors de Montréal.

Et c'est précisément là que le bât blesse : les sorties en dehors de Montréal. Mais avec un peu d'organisation, nous réussissons à sortir régulièrement de la ville en louant une auto.
Nous avons essayé pendant 2 ans les services de Communauto, mais nous avons trouvé cela plutôt cher au final et le chronométrage des déplacements était trop stressant. Depuis lors, nous louons des autos chez des loueurs traditionnels, pour 24h à 48h et il faut compter environ 25 à 45$ par jour en fonction de l'offre et de la demande. On en profite alors pour coupler grands magasins (Ikea, Costco, Walmart...) et sorties. Le duo idéal selon nous. Et nous qui faisions tout pour éviter les taxis, nous utilisons depuis quelques mois UBER pour de petits déplacements en cas de flemmingite aiguë ou pour aller à l'aéroport.

Pas besoin de "pelleter son char" et c'est bien moins cher que d'entretenir une voiture à l'année, payer chaque année en plus de son permis le renouvellement de son immatriculation, les assurances, le stationnement... et les contraventions qui viennent souvent avec tellement les panneaux peuvent être difficiles à décrypter.

L'essentiel pour bien vivre à Montréal sans voiture, c'est de choisir un logement proche d'un métro. Je dis bien métro car la ponctualité des bus est trop souvent tributaire de la circulation, du matériel et des conditions météorologiques. Ainsi, pas d'excuse pour continuer à sortir et profiter des nombreuses activités à Montréal.
Donc, été comme hiver, on se déplace à Montréal, à pied, en métro, en bus. En hiver, on ajoute juste la luge pour Liam!

1 commentaire:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec cet article!! dur dur parfois lorsqu'on a des événements un peu excentrés d'un transport en commun mais je pense que ça nous rend plus ingénieux et nous permet d'acheter plus local également...

    RépondreEffacer