lundi 25 février 2013

Une semaine à Cayo Santa Maria

Nous partons une semaine à Cuba, plus précisément à Cayo Santa Maria, une île de 16 km (dont 13 km de sable blanc) de long sur 2 km de large au nord de Cuba, dans l'archipel Jardines del Rey, juste en face des Bahamas. L'île de Cayo Santa Maria est reliée à Cuba par une digue de 48 km.
 
Nous allons, comme de bons québécois, dans un "tout inclus" (le Husa) avec un bébé club. Liam pourra ainsi se défouler pendant que nous bouquinerons tranquillement sur la plage avec nos pinas coladas.
 
À bientôt!

dimanche 24 février 2013

Le Malade imaginaire

Je suis allée au centre Culturel Calixa-Lavallée du Parc Lafontaine pour assister à la première du Malade imaginaire, mis en scène par mon collègue et ami Luc Arsenault qui joue également le rôle principal.
"Nous sommes à la fin du 17è siècle, la médecine profite aux médecins, et les malades sont tributaires des décisions de ces derniers, car selon les malades, seul les médecins savent guérir…Quatre siècles plus tard, avons-nous tellement évolué? Nous sommes tous, un jour ou l’autre, victimes de gens en position de force face à nous. Notre jugement s’efface et notre dépendance fait de nous des appâts de choix pour tous les profiteurs. Argan est une excellente victime, et qui plus est, il est riche, et croit qu’avec ses avoirs il pourra acheter sa santé envolée. Ses proches, les vrais, auront fort à faire pour le convaincre du contraire".

J'ai eu plaisir à voir cette pièce classique, très bien jouée et tout le long de la représentation, on ne peut s'empêcher de penser à Molière, mort en 1673 à l'issue de la 4ème représentation.

samedi 23 février 2013

Montréal en lumière 2013

Jeudi soir, nous sommes allés sur la Place des Arts pour le premier jour de Montréal en lumière qui se déroule du 21 février au 3 mars.
À l'intérieur du dôme, on projette un film 360° sur l'eau dans tous ses états. 
Pour ce premier jour, il n'y avait vraiment pas grand monde et nous avons pu faire un tour de grande roue sans même faire la file.
D'en haut, on a une jolie vue sur la place des festivals.
En bas, on peut se réchauffer au coin du feu ou se faire griller des guimauves.
Il y a également différents stands de bouffe. Sandwichs, frites, gaufres, chocolats...
On ne sait où regarder avec toutes ces lumières...
Des totems sont projetés sur l'UQAM.
Place Desjardins, c'est la Fête des fromages d'ici et on se régale à déguster autant de fromages.
Et bien sûr, on ne peut pas repartir les mains vides...
Nous sommes également allés faire un tour du côté de la Maison du Festival où il y a une exposition du chanteur new-yorkais Tony Bennett qui est aussi peintre.
Retour dehors au coin du feu.
On admire la belle glissade.
Et on assiste à une partie du concert de Dumas, chanteur québécois populaire.

jeudi 21 février 2013

Atelier truffes chez Cao

Je suis allée avec un ami chez Cao pour un atelier truffes de 2h30.
L'atelier s'est parfaitement déroulé, animé avec passion par le propriétaire, un Français autodidacte qui s'est lancé dans la truffe il y a une dizaine d'années.
Les différentes ganaches étaient déjà prêtes et coupées quand nous sommes arrivés. Nous avons du leur donner la forme d'une boule puis nous les avons trempées dans du chocolat d'enrobage avant de les rouler dans du cacao, du sucre, des copeaux de chocolat ou du cari par exemple.
Oui, ce n'est pas la petite truffe de base, c'est de la truffe de compétition, faite avec du chocolat Valrhona et les recettes sont minutieusement travaillées. 
Une fois nos truffes au frais, nous avons eu droit à un cours/dégustation de chocolats. 
De la fève de cacao à la ganache, le propriétaire de Cao nous a transmis ses trucs et astuces pour faire des truffes parfaites.
Il a refait devant nous les différentes ganaches et nous sommes repartis avec les recettes...
mais surtout avec 64 truffes chacun de 8 parfums différents!
Caramel beurre salé, fromage blanc fruit de la passion, érable fenugrec (c'est une plante), cari de Madras, thé chaï, framboise cassis, pamplemousse confit grenadine et praliné amande caramélisée.
Frank m'attendait à la maison de pied ferme...
Les truffes Cao sont de petits bijoux mais ne se vendent que lors d'évènements comme le salon des métiers d'art, le marché Casse-Noisette ou encore la foire du terroir québécois.

dimanche 17 février 2013

Kiwi-Club

Cette semaine, j'ai essayé avec mes anciens collègues le Kiwi-Club, le "laboratoire de restauration collective" du Département de nutrition de l'Université de Montréal.
De janvier à mars, les étudiants proposent 3 services le mardi et le mercredi midi. Un repas entrée-plat-dessert coûte environ 8$. Le rapport qualité-prix est vraiment bon.
Le menu comporte des choix santé et d'autres non.
À la fin du repas, on évalue notre expérience. Les plats étaient vraiment très bons, goûteux, bien présentés et recouverts d'une cloche pour maintenir la chaleur. Les points négatifs sont qu'on mange dans une salle de classe aménagée mais quand même pas très glamour et qu'il faut acheter sur place un billet de 1$ (qui sera déduit sur le prix du repas) le lundi précédent.

vendredi 15 février 2013

Fin de semaine à Ottawa

Cette fin de semaine, nous sommes allés à Ottawa, pour visiter mais aussi pour rendre visite à des amis installés là-bas.
Nous avons visité le musée canadien de la nature, très sympa à faire avec un enfant.
Dinosaures, oiseaux, mammifères, il y a beaucoup à voir dans ce très bel édifice. En ce moment, il y a également une exposition temporaire très bien faite sur la nature déchaînée : vidéos, images et détritus des derniers tremblements de terre et tsunamis notamment.
Dans Ottawa, c'était le Bal de Neige (du 1er au 18 février). Il y avait beaucoup d'animations.
Concours de sculptures sur glace.
C'est dingue le degré de précision qu'on peut atteindre!
Brunch du dimanche au Milestone, au coeur de la ville.
Et le Bal de Neige, c'est surtout le Canal Rideau qui devient pour 3 semaines la plus grande patinoire du monde avec ses 7,8 kms qui sillonnent le coeur du centre-ville.
Il y avait un monde fou sur la glace.
Frank et notre amie ont patiné 6,4 kms avec Liam en poussette, c'est un bon déambulateur.
Moi, on ne me reverra pas de sitôt sur des patins car mes 2 mois de plâtre l'année dernière m'ont "quelque peu" échaudée et j'ai continué à me balader dans le parc de la Confédération.
Et au pied de l'Hôtel de Ville, j'ai assisté à un gala de patinage artistique avec des champions juniors.
Ottawa est une ville plutôt froide qui est quand même bien plus agréable quand  il y a des évènements comme celui-ci ou le Festival canadien des tulipes qui aura lieu cette année du 3 au 20 mai.

jeudi 14 février 2013

Boxe au Centre Bell

Vendredi soir, un ami et ancien collègue m'a offert de l'accompagner au Centre Bell pour voir de la boxe. Curieuse comme je suis, il fallait que j'y aille!
Je n'y connais absolument rien et j'ai eu droit à un cours accéléré pour comprendre ce que je voyais.
Le public est à 80% masculin et les 20% de femmes sont globalement soit des femmes qui accompagnent leurs conjoints soit des "camionneuses".
Entre chaque round, des pitounes sur des cubes se déhanchent pour le plus grand bonheur des messieurs.
Revenons à la boxe, à ce que j'ai compris, il faut regarder la fiche de chaque boxeur qui contient notamment sa catégorie de poids, l'endroit d'où il vient, son nombre de combats et combien il a mis de KO.
Plus les boxeurs sont légers, plus ils sont vifs et les mouvements sont rapides. On peut constater qu'être boxeur ne garantit pas d'avoir un corps d'apollon...
Une pitoune parade avec une pancarte pour annoncer les rounds pendant que les équipes requinquent leurs poulains. Il semble qu'un match fasse de 4 à 12 rounds de 3 minutes. Les boxeurs ne peuvent frapper en dessous de la ceinture. En l'absence de KO ou d'abandon, les juges déterminent le gagnant.
J'ai eu de la chance, il n'y a pas eu trop de sang ni de KO lors de la soirée. Mon petit coeur sensible ne l'aurait pas supporté!
Je dois admettre que j'ai été agréablement surprise par le grand professionalisme de ce sport. Les arbitres sont très présents, se placent à quelques centimètres des boxeurs et ils ne laissent rien passer, s'assurant constamment de la bonne forme des boxeurs.
Les champions du moment étaient dans la salle et sont montés sur scène. Ils sont très proches de leur public et sont même venus nous saluer dans les gradins et prendre des photos avec leurs fans.
Il faut savoir que les boxeurs ne sont pas tous des petits jeunots et ils ont souvent un passé criminel. Adonis Stevenson par exemple, un boxeur québécois de 35 ans, a fait 4 ans de prison pour proxénétisme.
J'ai passé une bonne soirée à découvrir ce sport, et comme pour le hockey, ce qui m'a le plus plu c'est l'ambiance et surtout les commentaires à mourir de rire des spectateurs autour de nous.