mercredi 23 mars 2011

Accoucher à Sainte-Justine

Deux semaines après la naissance de Liam, il est temps pour moi de vous raconter mon expérience à l'hôpital Sainte-Justine de Montréal. Bien sûr chaque expérience est unique et chacun ressent les choses différemment mais voici ce qu'il en est pour moi.

L'admission à Sainte-Justine

Avant 12 semaines de grossesse, inutile d'espérer obtenir un rendez-vous en raison du nombre trop élevé de fausse-couches. Puis il faut insister car on nous dit d'emblée qu'on ne prend plus de nouvelles patientes. J'ai eu la chance de me faire accepter au service des grossesses à risques en racontant un peu ma vie puis la gynécologue m'a réorientée 6 mois plus tard au service des grossesses "classiques" tout en continuant à me suivre.

Le suivi gynécologique

Comme la secrétaire a bien entendu au téléphone que j'étais française, elle a été très fière de me confier à une gynécologue... française!

Le suivi se fait au départ toutes les 4 semaines puis toutes les 2 semaines à partir de la 30ème semaine de grossesse et chaque semaine de la 37ème à la 40ème semaine de grossesse.

Ce qui est vraiment surprenant ici c'est la grande pudeur. J'ai eu un examen gynécologique à mon premier rendez-vous puis rien avant la 38ème semaine et toujours avec des draps pour se couvrir!

L'hôpital se trouve à 5 minutes à pieds de mon travail ce qui était vraiment une chance pour pouvoir caler plus facilement le matin de bonne heure rendez-vous, prises de sang et échographies.

Les échographies

Une seule échographie est prévue entre 20 et 22 semaines. Mais les échographes sont vraiment très pointilleux et ne veulent laisser planer aucun doute. C'est comme ça que j'ai eu droit à 4 échographies pour 2 inquiétudes qui se sont révélées infondées. Certes ça peut fait peur mais ça donne vraiment le sentiment d'être bien suivie.

A chaque échographie, j'ai eu gratuitement 5 à 6 clichés. Je précise "gratuitement" car dans certains hôpitaux, comme l'Hôpital Général Juif juste à côté, on fait payer jusqu'à 5$ le cliché!

L'attitude des médecins et du personnel médical

C'est vraiment là que se trouve toute la différence avec la France. La formation est vraiment différente et on voit que l'accent est autant mis sur la communcation avec les patients que sur le côté technique.

Les médecins sont beaucoup plus humbles et communiquent énormément : ils prennent le temps, font part de leurs doutes et sont capables de vulgariser les informations contrairement à de nombreux médecins rencontrés en France qui se croient les meilleurs.

L'accouchement

Moi qui m'attendais à me retrouver dans un bloc opératoire, j'ai été bien surprise d'accoucher dans une jolie chambre spacieuse avec une grande reproduction de Klimt au mur!

Nous avons été accompagnés tout au long de l'accouchement, c'est-à-dire pendant 7 heures, par une très sympathique infirmière qui n'a cessé de m'encourager sans être invasive. Il y avait peu d'accouchements ce soir-là et elle m'était donc entièrement dédiée alors que d'habitude elle peut assister jusqu'à 3 mères.

Il y a eu quelques complications pendant l'accouchement mais les médecins m'ont à chaque fois expliqué ce qu'il se passait, les choix qui s'offraient à eux, ce qu'ils étaient en train de faire... Même si la situation pouvait être stressante, nous étions quand même détendus car nous voyions que nous étions bien pris en charge. Moi qui adore poser des questions, je n'ai même pas eu à le faire car les réponses m'étaient données sans rien réclamer, c'était un vrai plaisir.

La place du père

Là aussi, grande différence culturelle : on attend du père qu'il soit autant impliqué que la mère. On s'attend à ce qu'il vienne à chaque rendez-vous à l'hôpital, à ce qu'il aide à l'accouchement (en tenant une jambe, encourageant, massant...), à ce qu'il coupe le cordon et à ce qu'il dorme à l'hôpital avec la mère et l'enfant notamment.

Frank a été parfait et nous étions d'accord pour qu'il ne vienne pas à chaque rendez-vous médical et qu'il ne dorme pas avec nous les 2 nuits de mon séjour à l'hôpital. J'ai pourtant eu plusieurs réflexions des infirmières qui ne comprenaient pas ce choix. On m'a par exemple demandé s'il y avait un père ou quand j'ai dit que Frank était parti dormir à la maison pour se reposer après une nuit blanche, on m'a répondu que ce n'est pas lui qui devait être le plus fatigué...

Le refus d'allaiter

C'était ma grande inquiétude car la mode en ce moment est à l'allaitement et Sainte-Justine est un hôpital pro-allaitement avec service spécialisé, intervenantes...

Je pense que j'ai été suffisamment claire pendant le suivi de ma grossesse car je n'ai pas été contrariée. Ils ont accepté de me donner un cachet pour couper la montée de lait, chose qu'ils acceptent rarement aussi facilement à ce qu'on m'a dit et m'ont fourni du lait en bouteille. Par contre le personnel médical n'était vraiment pas formé à ce mode d'alimentation et n'avait quasiment aucune connaissance concernant les biberons à base de lait en poudre, les chauffe-biberons...

Le séjour à l'hôpital

Le séjour à l'hôpital est court mais intense : un peu plus de 48 heures pour se remettre sur pieds et engranger un maximum d'informations distillées par plusieurs intervenants : pédiatres, infirmières, gynécologue, préposée pour l'installation du siège auto.

Comme Sainte-Justine est un hôpital universitaire, on a souvent les intervenants en double - élèves et profs -, ce qui est une chance mais peut aussi devenir fatigant car on a tout le temps quelqu'un dans la chambre.

Avec mon assurance maladie, j'ai eu une chambre semi-privée. En fait c'est une chambre individuelle avec une douche partagée avec la chambre d'à côté. Quant aux repas, ils étaient équilibrés et délicieux!

Depuis quelques mois Sainte-Justine ne propose plus de visites guidées de la maternité aux femmes enceintes, mais une capsule vidéo sur le site internet. C'est bien dommage mais tant pis, ça laisse une part de mystère pour le grand jour...
D'ailleurs j'avais également refusé de faire les cours de préparation à l'accouchement proposés par le CLSC car je préfère de loin l'acquisition de l'expérience en situation! En effet, ça me fait bien rire les fameux plans de naissance car quand les contractions arrivent les grands discours sont souvent bien mis à mal. Moi aussi j'aurais bien aimé profiter des 2 bains tourbillons mis à disposition à Sainte-Justine pour faciliter le travail...

Sortie de l'hôpital et suivi

L'hôpital prévient le CLSC de notre lieu d'habitation de la naissance. 2 jours plus tard, une infirmière m'a appelée pour venir nous rendre visite. Elle est venue 1h45 à la maison pour répondre à toutes mes questions et peser Liam. Elle est repartie en me donnant rendez-vous avec un médecin de famille (un Français qui vient d'arriver!) et un autre rendez-vous pour les vaccins des 2 mois.

On dit qu'il est difficile de trouver un médecin de famille mais pour l'instant, j'en ai 2 pour Liam : un ici et un dans notre futur quartier. L'infirmière m'a dit qu'un médecin de famille ça se testait avant de l'adopter, c'est donc ce que je vais faire.

La physiothérapeute de Sainte-Justine m'a également appelée pour m'inscrire à un cours post-partum suite aux complications de l'accouchement et je reverrai ma gynécologue 6 semaines après l'accouchement.

Pour conclure, même si au départ il semble difficile de rentrer dans le système de santé, une fois dedans j'ai été vraiment très bien suivie et j'ai beaucoup apprécié le suivi de ma grossesse. Un grand merci aux équipes de Sainte-Justine!

20 commentaires:

  1. Pas pire comme système de santé finalement, le Québec! Belle synthèse de ton expérience en tout cas!

    RépondreEffacer
  2. Super beau récit de ton expérience !!
    ton billet me rassure un peu à propos des prises en charges médicales. C'est un des points qui m'effrayait le plus (parce que j'ai des petits soucis de santé), mais j'ai l'impression, en tout cas, que tout le monde a à coeur de bien faire et que l'écoute de l'autre est très importante...
    Merci pour ces précieuses infos (de nanas !).
    Liam est un très beau prénom !

    RépondreEffacer
  3. Ben mince alors! 2 médecins de famille!Ca fait 5 ans que j'en cherche juste un. Tu ne veux pas me donner celui qui ne te servira pas? :)

    Gros bécots au petit Liam.
    Cherrybee qui va partir accueillir son petit Mattéo fin avril.

    RépondreEffacer
  4. Je n'en suis qu'au début de mon suivi mais ayant une grossesse "normale", les rdv chez le médecin sont vraiment hyper rapides (5-10 minutes). D'un côté, ça prouve qu'ils ne s'inquiètent de rien et donc que je devrais en faire autant mais souvent je ne pense pas à des questions tout de suite et d'eux-mêmes ils ne me parlent pas de grand chose... On verra bien au fur et à mesure comment ça se passe...

    RépondreEffacer
  5. @Caroline : pour l'instant je n'ai vraiment pas à m'en plaindre... pourvu que ça dure!

    @Audrey : beaucoup de Français se plaignent du système de santé ici mais ce n'est pas mon cas. S'ils arrêtaient d'aller chez le médecin juste parce qu'ils ont le nez qui coule (et ainsi passer des heures entières à attendre chez le médecin pour se voir prescrire l'équivalent du Doliprane)... Ici les gens sont responsabilisés et pour les petites maladies il suffit d'aller voir directement le pharmacien et l'automédication est encouragée.
    Beaucoup de médicaments sont vendus sans ordonnance.
    Sinon, même s'il n'est pas évident de trouver un médecin de famille, il y a de très nombreuses cliniques (avec ou sans rendez-vous)où tu pourras voir des médecins qui te référeront en cas de besoin à des spécialistes.

    @Cherrybee : c'est parce qu'il s'agit d'un bébé, pour les adultes c'est une autre paire de manches ;-)

    @Delphine : chacun de mes rendez-vous durait entre 30 et 45 minutes mais il faut dire que je voyais souvent un interne puis la gynéco...

    RépondreEffacer
  6. merci d'avoir pu partager cette expérience avec nous. Ça me rassure lorsque je voudrais commencer les essais pour bb2... Ma fille est suivit à Sainte Justine pour son coeur, peut être qu'on pourrait y trouver une place le moment venu...à moins que je me décide enfin pour une maison de naissance...lol C'est pas le moment de toute façon ;)

    RépondreEffacer
  7. @M.C.O : j'étais en liste d'attente pour une maison de naissance. On m'a appelée à 4 mois de grossesse mais j'ai refusé la place. Je suis bien contente d'avoir fait ce choix vu comment s'est passé mon accouchement sur la fin... je m'en serais voulue de voir mon fils intubé!

    RépondreEffacer
  8. Oui j'imagine que refuser d'allaiter c'est pas forcément facile facile ici vu les extrémistes de l'allaitement que c'est :D C'est quoi qui te tentait pas dans l'allaitement d'ailleurs ? Juste curiosité ;)

    RépondreEffacer
  9. Merci pour ce tres Bon blog! C'est bien rassurant !
    Je suis nouvellement arrivee a Montreal et suis a la recherche d'une gyneco. Est-ce que tu pourrais peut-être me donner ses coordonnees ? Je t'avoue que Je galere un peu et que cela m'aiderait bien! Mon adresse est a.chandeze@voila.fr. Un immense merci pour ton aide! Vraiment!

    RépondreEffacer
  10. Bonjour,

    j'ai tenté de te répondre mais le courriel m'est revenu donc je te réponds ici :

    Bonjour et bienvenue à Montréal!

    Ce que je peux te dire c'est que c'est quasiment impossible de voir un gynéco avant 3 mois de grossesse. La première démarche est d'appeler les hôpitaux en disant que tu es enceinte et de faire pression au téléphone pour qu'ils t'acceptent. Ils te fixeront un RDV avec un gynéco.

    Si tu n'y arrives pas directemet par les hôpitaux, va dans un CLSC proche de chez toi. Tu verras alors un médecin qui te réfèrera à un gynéco.Tu accoucheras alors dans l'hôpital où le gynéco est rattaché.

    Tu peux aussi appeler les maisons de naissance si tu es adepte des accouchements plus naturels mais là aussi les listes d'attente sont longues.

    N'hésites pas si tu as d'autres questions.

    Bon courage.

    Marie

    RépondreEffacer
  11. bravo à votre blog
    sur la natalité à Ste-Justine

    Dans le cadre de mon projet poétique
    blogs-musée aléatoire
    pour mon oeuvre littéraire
    alléatoire

    permettez-moi
    de vous offrir
    une de mes chansons
    consacrée
    au thème de l'hopital Ste-Justine


    EN ARRIERE D'L'HOPITAL STE-JUSTINE

    COUPLET 1

    en arrière d’l’hôpital Ste-Justine
    tout au fond du parking des Jos Bines
    y a une clôture de broche un peu moche
    avec un trou qui a l’air un peu croche

    j’ai marche toute la nuit
    en vagabond poète

    avais besoin d’une cachette
    pour lire le journal le Devoir
    avant d’m’endormir un beau soir

    REFRAIN

    dans le cosmos
    y a plein de trous noirs

    qui avalent des soleils
    par milliards

    comme Chantal Hebert
    dans son bel habit noir
    aspire toute ma lumière
    quand j’la lis dans l’Devoir

    COUPLET 2

    en arrière d’l’hôpital Ste-Justine
    tout au fond du parking des Jos bines
    j’ai passé au travers du trou noir
    de la clôture, tel un soleil dans l’soir

    pour tomber sur des feuilles
    qui me craquent dans ‘dos

    comme je craque
    pour une femme cerveau
    passionnée de ses mots
    comme du chant des oiseaux

    COUPLET 3

    en arrière d’l’hôpital Ste-Justine
    tout au fond du parking des Jos Bines
    Ulysse rêve de sa Pénélope
    Dulcinée sourit à Don Quichotte

    j’ai spotte ben caché
    sous le pont de Ste-Rose

    un vieux carré d’ciment
    pas d’cloture en avant
    pour une nuit d’poésie
    enflammée par sa prose

    REFRAIN FINAL

    dans le cosmos
    y a plein de trous noirs

    qui avalent des soleils
    par milliards

    comme Chantal Hebert
    dans son bel habit noir
    aspire toute ma lumière
    quand j’la lis dans l’devoir

    comme Chantal Hebert
    dans son bel habit noir

    quand je dépose
    ma tête endormie
    sous la douce page éditoriale
    du Devoir

    Pierrot
    vagabond céleste

    www.reveursequitables.com
    www.enracontantpierrot.blogspot.com
    sur google
    video vagabond celeste, Simon Gauthier conteur

    RépondreEffacer
  12. Bonsoir et merci pour ces précieux renseignements, j ai une petite question au niveau des examens sanguins et de l écho de clarté nucale sont elles faites d office ou faut il les demander ? Cela peut paraître étrange mais je suis perdue avec le système de santé je viens d arriver . D avance merci

    Aude

    RépondreEffacer
  13. ;) par examens sanguins je pense à ceux pour déterminer les risques de trisomie 21 encore merci

    RépondreEffacer
  14. Bonjour Aude,

    pour les examens sanguins, tu peux te renseigner auprès de ton CLSC. Pour l'écho de clarté nucale, il était trop tard dans mon cas quand j'ai été prise en charge. Dans mon souvenir, comme ce n'est pas une écho obligatoire, tu peux la demander mais à tes frais.

    Bonne chance.

    RépondreEffacer
  15. Super merci :) ils t ont fait les exams sanguins de trisomie 21 ? J un premier rendez vous chez eux le 28 mai ça me fait un peu stresser .... Je voulais te demander aussi tu t es fais des amis depuis ton arrivée ?

    RépondreEffacer
  16. Aude : laisse moi ton courriel ou ton nom Facebook, ce sera plus "privé". Tu as un blog?

    RépondreEffacer
  17. Heu pas encore de blog arrivée il y a 2 mois avec 2 enfants ... J y pense en tous cas le tiens très sympa :)

    RépondreEffacer
  18. Aude : j'ai écrit à une Aude Masse de Cambrai qui habite à Lille sur FB? Est-ce que c'est toi? si oui, mon message doit être dans ta boîte de réception dans "Autre" si non donne moi ton courriel que je ne publierai pas.

    RépondreEffacer
  19. Ah ah je vais pouvoir commenter tout ce temps après :)
    - Pas de pudeur là où je suis suivie, pas de drap rien. Pas de toucher du col non plus mais ça j'étais prévenue et j'aime autant :)
    - Je suis contente d'avoir ton expérience de maman ayant choisi le biberon. C'est un peu mon appréhension car ce sera mon cas aussi, comme la première fois.
    - En effet je trouve que la place du père est vraiment mise en avant. Là où j'ai accouché en France aussi, il aidait les sages-femmes pour me déplacer, m'accompagner, me rappeler le pitch de la poussée.
    - À ce dernier propos, je ne sais pas comment ça se passe la prepa à l'accouchement ici, et je ne la referai pas, mais ça m'a été bien utile la première fois je trouve, pour deux choses : savoir comment pousser (sur le coup de la fatigue j'avais un peu zappé et je ne poussais pas efficacement, mes esprits revenus en trois poussées elle est sortie) et visualiser la descente du bébé car j'ai trouvé ça bien de savoir comment le bébé se présentait, qu'il devait pivoter, etc. Ça m'a aidé à comprendre ce que disait les SF (ce sont des SF qui m'ont accouchée).
    Voilààà, dans cinq mois je suis en lice pour l'accouchement number 2 ;)

    RépondreEffacer
  20. La préparation à l'accouchement est généralement offerte dans les CLSC.

    Il y a autant de différences qu'il y a d'accouchements... c'est toute la beauté de la chose ;-)

    Bonne grossesse!

    RépondreEffacer