lundi 20 septembre 2010

Le suivi de grossesse

Suite à l'annonce de ma grossesse, quelques lecteurs de ce blog ont voulu en savoir plus sur le suivi de grossesse au Québec. C'est vrai que je suis moi aussi partie à la recherche de renseignements sur Internet et sur les blogs quand j'ai appris que j'étais enceinte.

Voici donc mon expérience, assez limitée pour l'instant...

J'ai en effet tout de suite pensé à m'inscrire à la Maison de naissance de Côte-des-Neiges. Il existe 6 maisons de naissance au Québec dont les services sont couverts par le régime d'assurance-maladie. Les maisons de naissance sont de petites installations (avec un maximum de 300 naissances par an), et le suivi et l'accouchement sont réalisés par des sages-femmes. En cas de problème, on est réorientés vers un hôpital. Les maisons de naissance sont donc très bien pour les grossesses qui se passent sans problème mais les places sont limitées.

Après réflexion et étant donné notre "parcours", Frank et moi avons décidé de nous tourner vers un environnement beaucoup plus médicalisé. Mais pas facile de trouver un hôpital... Après plusieurs appels et échecs (déjà trop de femmes suivies), j'ai été acceptée au CHU Sainte-Justine dans le service des grossesses à risques (GARE, quel joli nom...). Mais quand on découvre tardivement sa grossesse comme c'était mon cas, ça décale aussi la date du premier rendez-vous car le délai d'attente est de 4 à 6 semaines.

J'ai donc rencontré pour la première fois ma gynécologue - une Française! - à 16 semaines de grossesse.
J'ai ainsi raté la 1ère échographie qui se fait entre 11 et 13 semaines et qui permet de mesurer la clarté nucale (détection de la trisomie)...

Etant suivie en grossesse à risque, j'ai un rendez-vous toutes les 4 semaines (contre 6 semaines pour les grossesses normales) et à la fin de la grossesse les rendez-vous seront toutes les 2 semaines puis chaque semaine.

Concernant les échographies, quand tout se passe bien, il n'y en a que 2 : une entre 11 et 13 semaines de grossesse et une entre 18 et 20 semaines. Bien sûr, au moindre problème ils font des échographies complémentaires. Comme je n'ai pas pu faire la 1ère échographie, j'en aurai a priori une à 32 semaines pour "compenser".

Je pensais que mon 1er rendez-vous ne durerait qu'1 heure mais je suis restée en tout 4h45 à l'hôpital : obtention de la carte de l'hôpital, rencontre de l'infirmière en chef et remise de documents, rendez-vous avec la résidente et la médecin, prise de sang...

Mon ressenti est qu'il est difficile de rentrer dans le système de santé mais qu'ensuite le suivi est très bon... on verra pour la suite!

Je ne suis pas du genre à attendre, donc j'ai tout de suite pris les devants en appelant les hôpitaux mais sinon pour obtenir un suivi de grossesse, on peut :
- téléphoner au CLSC (centre de santé et des services sociaux) de notre arrondissement qui nous oriente vers un gynécologue-obstétricien à qui il reste de la place.
- prendre la liste des gynécologues-obstétriciens et les appeler un par un jusqu'à temps qu'il y en ait qui accepte de faire un suivi. L'accouchement se fera alors dans l'hôpital où le médecin est affilié.
- aller voir son médecin de famille quand on a la chance d'en avoir ou un médecin dans une clinique qui réfère alors à un gynécologue-obstétricien.

En plus, on peut faire appel à des accompagnantes de naissance : ce sont des femmes qui sont expérimentées en accouchement mais qui ne font pas partie du corps médical (mère de famille nombreuse par exemple). Elles accompagnent le couple avant, pendant et après la grossesse. Elles rassurent et ce sont en gros des intermédiaires entre les médecins et vous (même pendant l'accouchement!).
Ce n'est absolument pas un choix qui me convient car je déteste bien trop qu'on me dise ce que je dois faire et l'interférence de qui que ce soit mais je comprends très bien qu'on puisse faire appel à une accompagnante pour se sentir plus entourée.

Mon inquiètude du moment est l'allaitement maternel. Je refuse catégoriquement d'allaiter, c'est mon choix et j'espère qu'on le respectera. Ici, l'allaitement maternel est farouchement défendu et le CHU Sainte-Justine est fièrement estampillé "pro-allaitement"... Si vous avez été dans le même cas que moi, votre retour d'expérience sera le bienvenu!

10 commentaires:

Marjorie a dit...

C'est sûr qu'ici tu vas batailler si tu ne veux pas allaiter ! Pour l'examen de l'ordre infirmier on a une énoooorme partie là-dessus, j'en ai jamais appris autant pour mettre son enfant au sein ! Et pour avoir passer la pratique à Ste Justine ils ont tout un département réservé à l'allaitement. Ils sont pro allaitement et en plus ils allaitent plus longtemps qu'en France ! Courage

Marie a dit...

C'est ça qui me fait peur! Ils ont vraiment l'air tyranniques là-dessus et de te faire culpabiliser à fond si tu n'allaites pas...

Erwan a dit...

Et il est comment, le hall de la GARE? (ok, je sors).

Pas besoin d'aller sur internet: tu es enceinte, tu vas avoir un bébé! :)
(ok ok.. je sors!!)

Tiens, un jour j'ai eu un "suivi" particulier avec le système de santé. Je raconterai ça chez moi je crois! :)

Marjorie a dit...

Oui je pense en effet qu'ils sont extrémistes là dessus et j'ai dû apprendre des tas d'arguments en faveur de l'allaitement !! A mon hôpital ils donnent même un livre sur l'allaitement qui est édité par le ministère et puis ils donnent les coordonnées de la Ligue Leche !! Mais bon ils ne peuvent pas t'obliger à aller contre ta volonté

Delph a dit...

Moi il va falloir que je me trouve un suivi sur la Rive-Sud le jour J, ça m'angoisse pas mal car il n'y a aucune maison de naissance ici et un des hôpitaux m'a été fortement déconseillé!
Sinon j'ai 2 amis qui ne voulaient absolument pas allaiter et elles ont survécu à leur passage à l'hôpital mais je n'ai pas plus de détails...

Nolwenn a dit...

Je pense que oui tu risque d'avoir du mal pour défendre ta position sur l'allaitement :/ Moi c'est plus facile je suis d'accord pour le faire, mais pas n'importe comment, je veux que le papa puisse aussi donner le biberon. Et même si je peux comprendre ton point de vue sur l'accompagnante, ça aurait pu t'aider pour ce cas-ci, car une accompagnante est là pour faire respecter tes choix...
Mais au fait tu ne parle pas de péridurale? Tu sais qu'ici ils sont plutôt accouchement naturel? (enfin te stress pas trop là-dessus, c'est beaucoup mieux compris que le non-allaitement)

Anonyme a dit...

Bonjour,
On ne se connait pas, mais je suis plusieurs blogs de façon régulière depuis notre voyage au Québec en 2008. Bref je suis infirmière-puéricultrice, j'ai travaillé de longues années en service de néonatologie,(j'ai même fait mon projet professionnel sur l'allaitement)et je suis persuadée que l'allaitement est super "Pour celles qui en ont vraiment envie" MAIS moi je n'ai pas allaité mes enfants...Ils sont grands maintenant, mais déjà à l'époque les sages femmes ont tentées de me forcer la main. Seules ma gynéco et mes collègues de travail ont été sympas et compréhensives.De toutes façon si on en a pas vraiment envie ça ne marchera pas. Dans tous les cas c'est un choix trop personnel que l'on doit respecter. Il ne faut pas écouter toutes les personnes qui vous feront des petites remarques mesquines pour vous faire croire que vous êtes une mauvaise mère. Au risque de choquer les personnes qui me liront, je dis qu'il vaut mieux donner le biberon avec amour que d'allaiter en se sentant contrainte !Voilà c'est dit.Et pour les arguments style "les enfants sont + intelligents", je pense que les miens ne s'en sortent pas trop mal(l'un est en master de chimie,et il part à Cambridge pour un stage à l'université) et le 2ème est en fac de math/info.Courage! quelque soit votre choix ce sera le bon !!
Isabelle

Gaëlle a dit...

Merci Marie pour toutes ces informations ! C'est vrai qu'ici pour l'allaitement c'est un peu le contraire de la France... Mais ton choix est le meilleur pour ton enfant puisque c'est toi qui le fait et que c'est toi la mère.

Olivier d'Evian a dit...

@ Erwan: "le hall de la GARE"
mdr

Esther a dit...

Tout d'abord : félicitations! En ce qui concerne l'allaitement, moi je me suis "battue" pour y arriver...ce n'est pas si facile que ça ;-)! Ce que je peux te conseiller, c'est de prévoir biberon+formule et tout le nécessaire pour le jour J!N'hésite pas non plus à le mentionner dans le plan de naissance...Et sache que PERSONNE ne peut aller à ton encontre, tu risques d'être toute chamboulée par pleins de sentiments après la naissance, alors demande à ton conjoint de t'appuyer, et te "défendre". Si tu veux parler de grossesse etc, n'hésite pas à me faire signe...