lundi 16 août 2010

Bilan de nos 1 an sur le sol québécois

Nous avons atterri à Montréal il y a un an, c’est donc l’heure pour nous de faire notre bilan de cette première année passée en terre québécoise. Chaque expérience d’immigration est différente ainsi que le ressenti de chaque immigrant mais voilà ce qu’il en est pour nous :

Travail

C’est l’élément primordial qui détermine le succès ou non d’une immigration. En effet, sans travail et sans salaire, il est difficile de se projeter et de vivre ses rêves. On s'aperçoit aussi rapidement qu'un minimum d’intérêt dans le travail semble ensuite essentiel.

Le 1er mois, nous nous sommes laissés le temps pour prendre nos marques. Nous avons été pas mal occupés par la recherche d’un logement, l’achat de meubles, l’installation et la découverte de la ville.
Après une formation d’une semaine par le Ministère de l’immigration pour nous aider à comprendre le marché du travail québécois et l’OFII qui nous a bien guidés, nous étions prêts à commencer notre recherche d’emploi.

Mi-octobre, soit 2 mois après notre arrivée, Frank a débuté 3 jours sur la vente privée d’une marque de jean’s puis a fait 3 semaines à plus de 50h par semaine sur la vente privée d’une marque qui le vaut bien. Jobbines payées 10$ de l’heure mais qui permettent de rassurer le futur employeur et d’afficher cette fameuse première expérience québécoise tant demandée. Il est ensuite rentré mi-novembre comme vendeur chez une designer de luxe québécoise et un mois ½ plus tard, il devenait manager de la boutique. Son salaire est encore loin de celui qu’il avait en France mais il souhaitait depuis un moment passer de l’administration au terrain, tout en restant dans le luxe. C’est une belle étape pour lui, qui lui permettra de s’affirmer en management et de prétendre d’ici quelques temps à des postes bien mieux payés de direction de boutiques de luxe, même si Montréal n’est peut-être pas la ville la plus propice…

Quant à moi, j’ai décroché ma 1ère job début novembre, donc 2 mois ½ après notre arrivée. J’ai commencé comme adjointe administrative dans une boîte d’ingénierie française. J’ai travaillé 20 heures par semaine pendant un mois, ce qui m’a laissé le temps de passer des entrevues et de trouver un poste de coordonnatrice de bureau dans une université. Je suis encore employée temporaire mais j’ai passé tous les tests qui me permettent de prétendre à un poste permanent. Comme c'est un milieu très syndiqué et que les postes sont attribués à l’ancienneté, je dois me montrer encore un peu patiente mais ai bon espoir de passer permanente dans les prochains mois. J’ai des conditions de travail exceptionnelles et ai bien conscience de ma chance.

Je travaille 32h30 par semaine avec environ 6 semaines de vacances et Frank travaille 40h avec 3 semaines de vacances, mais ici il est courant de prendre des vacances supplémentaires sans solde.


Notre expérience a été suffisamment concluante pour que Frank démissionne de la boîte de rêve où il travaillait en France à l'issue de son congé sabbatique.

Logement

A notre arrivée, nous avions pris une sous-location pour 15 jours. Après 14 visites dont pas mal d'horreurs, nous avons trouvé notre appartement sur la même place que le précédent, à 4 minutes du métro Place Saint-Henri.


Ce n'est pas l'appartement de nos rêves mais il a fait la job pour 1 an. Quetsch a beaucoup aimé la place où il se promène tous les jours et rencontre ses copains-chiens.
De plus, le marché Atwater est à 10 minutes à pied et on y trouve tout ce qu'on veut, de l'aligot au brie de Meaux!

En ce moment, nous cherchons un appartement avec 2 chambres fermées et nous ne sommes pas encore bien fixés sur le quartier : entre Berri et Jean-Talon, ou Côte-des-Neiges... notre champ de recherche est large. Histoire à suivre...

Intégration sociale

Nous sommes arrivés à Montréal le 16 août sans connaître personne et nous avons rapidement rencontré des immigrants français.


Dès le 18 août, on a rencontré Anne (la reine des sorties) lors d'un 5 à 7 organisé par l'association Objectif Québec. 4 jours plus tard, nous rencontrions lors d'un pique-nique Céline la coiffeuse et nos premiers Québécois : Isabelle l'ingénieure, Frédéric et Geneviève les écolos. A la formation du MICC (s'intégrer au marché du travail québécois), nous nous sommes rapprochés de Pierre, le seul Français de la session, venu rejoindre Emilie, sa blonde québécoise.

Puis il y a eu Amélie, ma collègue québécoise, devenue une amie; puis nous avons rencontré plusieurs personnes grâce au blog : Emma et Jean-Paul (les chimistes - cosméticiens) qui nous ont contactés par ce biais. Mais aussi Céline la pâtissière, Laetitia l'infirmière, Erwan l'informaticien, Marcellin et Lauranne les banquiers, Emily et Guy les Luxembourgeois, Nolwenn et Martin les futurs parents, Denis le Belge... Puis des amis d'amis : Mélanie la DG souriante, Gwenaëlle l'infirmière coquine, Aïssata l'infirmière plus sage...

Les Québécois paraissent bien plus accessibles et chaleureux que les Français, et bien plus ouverts aux autres. Ici, on se rencontre à l'extérieur plutôt que chez soi. Cela prend du temps pour intégrer leur cercle proche.

Nous avons fait de belles rencontres, des gens qui nous ressemblent et qui ont globalement les même aspirations (voyager, découvrir d'autres cultures etc.). Nous avons une vie sociale bien plus mouvementée qu'en France. Le fait de vivre en ville joue beaucoup mais immigrer nous a poussé à nous ouvrir aux autres. Notre vie rangée en banlieue parisienne ne nous convenait plus et nous avons pris une bonne bouffée d'air frais en arrivant ici.

Place de la femme

C'est un vaste débat mais pour généraliser la femme québécoise semblerait être une maîtresse-femme qui sait ce qu'elle veut et surtout ce qu'elle ne veut pas. L'autonomie financière aidant, elle s'assume et c'est elle qui drague! Nous, petites Européennes, sommes beaucoup plus en retrait, "soumises" oserais-je dire.

Au restaurant, chacun paie sa part et ça surprend au début quand on voit 2 factures arriver.

Depuis notre mariage en 2006, je porte le nom de Frank... malheur!!! Les Québécoises comprennent difficilement ce choix qui est tout un symbole et ça donne à chaque fois lieu à des débats mouvementés sur la soumission de la femme à l'homme! Concrètement, sur mes papiers officiels j'ai parfois mon nom de jeune fille, de femme ou les 2.

Famille et éloignement

Le fait d'être loin n'a pas beaucoup changé nos relations avec notre famille. J'avais tous les jours ma mère au téléphone et ça continue! Quant à Frank, il a toujours été habitué à vivre avec une famille dispersée.


Grâce à Internet, Skype, aux forfaits téléphoniques français, il n'y a aucune excuse pour ne pas continuer à entretenir les mêmes relations.

C'est sûr, un petit repas de famille de temps en temps ne nous ferait pas de mal, surtout pour voir grandir nos petits cousins et notre filleule, mais on essaiera de rentrer une fois par an en France dès l'année prochaine.

Loisirs et vie à Montréal

Montréal n’est pas la ville pour laquelle on a le coup de foudre d’emblée mais par la suite, c’est une ville extrêmement agréable à vivre. Il y a tout le temps quelque chose à faire et énormément d’événements organisés hiver comme été. Le plus difficile c’est de choisir.

On a vite pris nos habitudes avec notre cinéma du mardi dans le Quartier Latin à 5,75$, nos sorties culturelles gratuites à la Maison de la culture du Plateau Mont-Royal, quelques 5 à 7, des spectacles Juste pour Rire, des restaurants entre amis.


Montréal est d'ailleurs classée la deuxième ville la plus festive au monde, notamment grâce aux multiples festivals en partie gratuits qui y ont lieu (Jazz, Franco, Juste pour Rire, Igloofest etc etc).

Pour les week-ends, rien de plus agréable que de louer des chalets tout confort à moins de 2h de Montréal avec des amis. D’ailleurs, les 3 prochains week-ends, nous partirons dans des chalets à 10 personnes, à 5 puis à 4.

Avoir un chien à Montréal

Pas toujours facile de vivre avec un chien en ville. En France nous amenions Quetsch partout avec nous : hôtels, restaurants, train, métro, RER.

Ici, les difficultés commencent dès la location d’un appartement. Très peu de propriétaires acceptent les animaux. C’est parfois plus facile avec un chat, encore qu’on demande fréquemment à ce qu’il soit dégriffé ! Quoi qu’il en soit, le fait que Quetsch ait 10 ans, qu’il ait toujours vécu en appartement et qu’il fasse 5,7 kg joue en sa faveur. Le bail de notre appartement stipule que les animaux sont interdits bien que notre propriétaire connaisse Quetsch. Si un voisin se plaint, on peut donc nous demander de partir… mais nos voisins ont également des animaux!

Au restaurant, pas question de rentrer avec un animal, c’est interdit pour des questions d’hygiène. En été, il est parfois possible de l’amener en terrasse mais c’est au cas par cas. Avant de partir en virée, il faut donc bien réfléchir à tout ça.

Pour les hôtels, chalets et chambres d’hôtes, mieux vaut réserver à l’avance car les animaux sont rarement tolérés. Je suis même tombée sur des hôtels qui demandent à ce que le chien dorme dans la voiture ou qu’il soit en cage en tout temps… Et quand on a une réponse positive, il est bien sûr interdit que le chien monte sur la literie !

Pour les transports, les animaux sont tolérés mais dans des contenants fermés. Pas très pratique si c’est pour partir en promenade en ville. Je mets Quetsch dans un grand sac à main où on lui voit juste le bout de la tête. Je n’ai pas eu de problème jusqu’à présent avec les contrôleurs plutôt compréhensifs, je suis juste tombée une fois sur un contrôleur un peu plus borné qui m’a interdit de passer le portique et je suis donc allée à la station suivante !

Je suis bien contente d’avoir un petit chien car un gros ne pourrait pas beaucoup sortir en ville.


La bouffe

Quand on était venus en prospection, j’avais eu quelques inquiétudes à ce sujet car j’avais l’impression de ne manger que des burgers-frites.

Une fois sur place et les repères pris, nous mangeons très bien et trouvons de tout. Certes, les aliments ne sont pas toujours aux prix que nous connaissions en France mais diminuer notre consommation de fromage par exemple ne fait pas de mal.
Le fait que Montréal soit une ville multiculturelle nous permet de manger dans des restaurants de toutes les nationalités : japonais, indien, afghan, brésilien, syrien… l’occasion de faire de belles découvertes culinaires.

Pour ma part, il y a juste le rayon laitage qui me paraît encore léger même si depuis 1 an, notre IGA propose de plus en plus de variétés, tout en étant encore très loin du choix français !

Nous avons rapidement adopté le brunch même si nous en avions déjà testé quelques uns à Paris. Ici c’est une institution et les restaurants rivalisent de créativité pour attirer les clients. Généralement, le brunch peut se composer d’œufs (sous toutes leurs formes et mes préférés : les bénédictines), pain, bagel, fruits, pommes de terre, cretons, fèves au lard… on a le choix.
Pour le café, il faut oublier les bons petits expressos car ici la mode est au café allongé et au lait.

Ce qui nous manque le plus ? … le gruyère râpé ! En France, on en mettait sur tout : les pâtes, les gratins… Ici on peut en trouver mais à 8$ le petit paquet, donc on s’abstient. C’est le parmesan ou la mozzarella râpée qui remplacent …

La santé

Nous n’avons pas été malades cette année donc je n’ai pas encore grand-chose à dire mais cela risque bien de nous arriver un jour...

Nous n’avons pas encore d’assurance par nos employeurs mais nous sommes couverts par le régime général. Tout ce qu’on peut vous dire c’est que les délais sont très longs pour rencontrer un médecin, heureusement qu’il y a les Urgences dans les situations extrêmes ! Aller chez le dentiste ou l'opticien semble coûter aussi très cher sans une super mutuelle... heureusement qu'on avait fait un check up complet avant de quitter la France.

Le climat

Notre capacité à résister au froid sur une longue période était une de nos inquiétudes. Nous ne pourrons pas trop vous répondre car cette année, l'hiver a été particulièrement clément. Nous n'avons connu qu'une tempête, 2 jours à -30°C mais avec un très beau soleil et nous n'avons eu froid que 2 jours au Festival de Québec. Pas très représentatif de l'hiver au Canada!

Nous avions réservé un week-end motoneige mi-mars et il n'y avait déjà plus de neige depuis 3 semaines... un comble! C'est donc partie remise.

Voyages

C’est le début pour nous ici mais c’est un peu le point noir. Les vols au départ de Montréal sont chers et il est souvent bien plus avantageux de passer par les Etats-Unis (Burlington ou New York notamment) mais cela nécessite aussi plus de temps. A titre d’exemple, pour partir au Pérou cet été, les prix étaient de 1600$ de Montréal et seulement 1100$ de New York.
Certes, il reste les destinations très prisées par les Canadiens : Las Vegas, le Mexique, Cuba et la République Dominicaine mais on va vite faire le tour.

Les transports en commun sont également très chers : 80$ pour aller en bus à Québec à seulement 3 heures de route, 150$ pour aller en train à Toronto en 5h30…

IdTGV et les vols low cost en Europe nous manquent. S’évader de Montréal n’est pas évident.

Conclusion

Le bilan de notre première année dans la peau d’immigrants est très positif. Nous ne regrettons pas du tout notre choix, et même si l'immigration nécessite énergie, préparation et remise en question, elle nous a donné un second souffle.

Même si les salaires sont en moyenne inférieurs à ceux de la France, la vie de tous les jours est bien moins chère à Montréal. Vivre en centre-ville est loin d'être un luxe inabordable, les factures des restaurants ne sont pas exorbitantes et de nombreuses activités sont gratuites.


Notre vie de banlieue parisienne ne nous convenait plus et nous avons trouvé ici ce que nous cherchions : une ville où il y a de l’espace et de la verdure, des animations, bref une ville où il fait bon vivre.

Nous avons également trouvé de très bons amis qui nous ressemblent et sur qui nous pouvons compter, ce qui est une chance inestimable.

Nous avons arrêté de nous projeter. Tout ce que nous savons c’est que pour l’instant c’est ici que nous avons envie d’être et qui sait de quoi nous aurons envie dans quelques années ?... l’avenir nous le dira.

28 commentaires:

  1. super bilan! félicitations pour cette intégration réussie!! nous suivons votre blog régulièrement et quand on sera sur place pourquoi pas se rencontrer?! Nous avons une petite jack russel et, on s'inquiéte aussi de la vie avec elle là bas mais bon on sera sur la rive sud de montréal en espérant que ce soit moins contraignant qu'en centre ville. A+
    Jennifer et Damien

    RépondreEffacer
  2. Bonjour, je me décide enfin à vous écrire un petit message... Merci pour ce récit détaillé, vous avez vraiment l'air très bien intégrés, bravo à vous!

    A bientôt

    RépondreEffacer
  3. Cela fait toujours plaisir de lire des témoignages aussi positifs. Ca nous encourage à attendre :-).

    RépondreEffacer
  4. C'est toujours plaisant de voir que certains d'entre vous s'intègrent facilement. Je vous souhaite encore pleins de belles années à Montréal :)

    RépondreEffacer
  5. Bilan intéressant !

    T'as pas d'assurance à l'université parce que t'es temporaire ?

    Côte-des-Neiges ? Vous élargissez dis donc !

    RépondreEffacer
  6. Superbe post, très complet, tout y est! Vous êtes un exemple à suivre ;) Bises

    RépondreEffacer
  7. Bravo pour ce beau bilan !! Et cette réussite ;)
    Je vous lis très souvent, mais ne vous laisse pas toujours de messages !
    Bonne continuation
    Les DNA

    RépondreEffacer
  8. Moi coquine? j'aurai pas mis cet adjectif pour me définir!!!!

    Joyeux 1er anniversaire québécois.

    RépondreEffacer
  9. La plupart sont expatriés, ont parfois déjà voyagé et vous avez ça en commun!
    Un ami Québécois me disait qu'on n'était pas "la norme" mais que du coup, on se rapproche plus facilement parce qu'on partage la bougeotte et l'amour du Québec.

    Bonne continuation!

    RépondreEffacer
  10. En général quand tu as un gros chien tu ne l'emmènes pas partout comme un petit chien. Du coup, le problème des transports ne se pose pas trop car quand on se balade avec Tartine on part directement à pied avec elle, sauf si on veut vraiment aller loin où on prend la voiture.

    Pour le fromage râpé, Hamel vend du délicieux gruyère de grotte qu'ils râpent gratuitement. C'est sûr que tu n'en prends pas 1kg mais pour mettre sur une pizza ou dans des crêpes moi je ne me prive pas car le goût est quand même bien meilleure que le cheddar et le prix est en dessous de 8$!

    Enfin pour le retour en France chaque année pour diverses raisons, c'est ce que nous faisons pour l'instant et ce que nous ferons encore pour les 2 ans à venir mais au bout d'un moment, c'est un peu frustrant d'épuiser notre maigre quota de vacances (enfin celui de franck dans votre cas) pour courir partout en France et n'être jamais vraiment reposé ou dépayser… Enfin c'est mon avis mais étant très famille je craque toujours pour plannifier un autre voyage l'année suivante!!
    Bonne continuation

    RépondreEffacer
  11. Merci d'avoir pris le temps de nous faire un resume complet.

    On vous souhaite encore plein de belles années au queebc

    RépondreEffacer
  12. Merci à tous pour vos commentaires, ça fait plaisir!

    @Jennifer et Damien : merci de nous suivre et c'est avec plaisir que nous vous rencontrerons à votre arrivée. Pour le chien, tout est question d'organisation mais avec une voiture c'est aussi plus facile.

    @Pirouette : merci. Un an, ce n'est qu'un début...

    @Jane : chaque expérience est différente mais le temps d'attente sert aussi à bien se préparer.

    @Shandara : merci pour ta fidélité, même si j'avoue ne pas souvent commenter ton blog, je le lis à chaque nouvel article!

    @Anne : pour l'appart, on cherche un peu partout... pour l'assurance : oui, c'est parce que je suis temporaire mais j'ai 6% de salaire en plus pour compenser les avantages sociaux.

    @Pépinette : pour vous aussi, les débuts ont l'air de bien se passer ;-)

    @DNA : moi aussi je vous lis assidument sans commenter! 1 partout!

    @Gwenaelle : c'est Frank qui a ajouté sa touche...

    @Erwan : oui, en général les expatriés ne sont pas des gens qui ont les 2 pieds dans le même sabot.

    @Delph : merci pour le tuyau Hamel. Pour les retours en France, on essaiera de le faire tous les ans pour ne pas couper les liens physiques avec la famille, même si c'est juste pour une semaine.

    @Loline: bonne immigration à vous aussi.

    RépondreEffacer
  13. Coucou,
    ca fait plaisir de voir que vous vous etes bien adaptes a cette ville. Apres 3 ans a pekin, je viens de bouger pour Canton. Pas facile de passer de la capitale a une autre ville. Le temps est completement different et dur a supporter pour une lorraine, moins d'activite et surtout depart a zero de nouveau pour les amis. Les points positifs : nouveau boulot et surtout des vols pas cher pour l'asie du sud est, par contre pour les vols a destination de l'europe ou USA il faut aller a HK...Bref, venez nous rendre visite quand vous pouvez, ca serait sympa. Bises a vous deux

    RépondreEffacer
  14. C'est toujours super intéressant de connaître l'expérience des uns et des autres et en l'occurrence, vous pouvez être fiers de ce beau bilan bien structuré!
    Et puis, en vous lisant au quotidien, on a l'impression que vous êtes au Québec depuis des années, comme quoi votre intégration semble parfaitement réussie!
    Joyeux "Montréalnniversaire" en tout cas et au plaisir de vous rencontrer un jour!

    RépondreEffacer
  15. Bonjour à tous les 3!
    Merci pour cet article bilan, qui nous éclaire encore d'avantage sur la vie au Québec, bien que chaque expérience soit unique! C'est une belle réussite pour vous, on sent la motivation et le souhait de tout croquer à pleine dents! Bonne continuation et continuez à nous régaler en partageant avec nous votre quotidien!
    Guillaume & Guillaume

    RépondreEffacer
  16. Bon Anniversaire les amoureux!

    (Denis Le Belge est très honoré d'être cité, et fort impatient de savoir si son bilan ressemblera au votre après un an :-) )

    RépondreEffacer
  17. Bah pour le fromage râpé, ça ne fait pas encore assez longtemps que vous avez quitté la France. Pas encore le réflexe de trouver une alternative !!! ;-) Sinon, c'est un bien beau bilan et un nouveau départ qui semble réussi ! Bonne continuation !

    RépondreEffacer
  18. @Anonyme Nadège : bonne continuation dans tes aventures chinoises. Il faut que tu fasses un blog toi aussi!
    On essaiera de se programmer un voyage en Asie dans les prochaines années mais n'hésite pas à venir nous voir en attendant!

    @Caroline : je viens de te faire suivre l'invitation d'Anne pour se rencontrer dès demain soir!

    @les Guillaume : merci pour votre assiduité et je suis sûre que votre immigration se passera aussi très bien! On a qu'une vie alors autant en profiter...

    @Denis-le-Belge : alors tu t'es décidé à continuer l'aventure en terre québécoise?...

    RépondreEffacer
  19. @Lauraki : sauf que quand je dis qu'on en mettait dans tout du gruyère, c'est vraiment dans tout : les pâtes, le riz, les gratins, les tartes, les cakes...

    RépondreEffacer
  20. Bonjour Marie,
    Merci de nous faire partager ce beau parcours ainsi que tous vos petits bonheurs quotidiens. Ton blog est une mine d’informations pour tous ceux qui souhaitent comme vous tenter l’aventure (mon copain et moi sommes dans l’attente de notre CSQ !!!) En espérant que vous nous ferez profiter encore longtemps de votre montréalité !!
    Cécile

    RépondreEffacer
  21. Bonjour Cécile, n'hésite pas si tu as des questions!

    RépondreEffacer
  22. ooouuaaah!! j'aime énormément votre bilan! Voilà près de 6 ans que je suis à Montréal, j'ai bien verbalisé ces changements mais ne les ai jamais couché sur le "papier" ainsi.
    Je suis votre blog de temps en temps et ce avant votre immigration, c'est une très belle expérience et vitrine pour les futurs tentés :)

    Au plaisir de se rencontrer un jour qui sait?

    Soizic

    RépondreEffacer
  23. Merci pour ton commentaire Soiz. C'est dommage, Anne avait organisé une rencontre de bloggueuses hier soir... si tu veux faire partir de la prochaine, donne-moi ton nom pour que je te cherche sur Facebook!

    RépondreEffacer
  24. Intéressant comme bilan.
    Parcours différent du notre et peut être certaines visions différentes mais globalement, nous le partageons en tout point.
    Je n'ai pas la même vision des prix et du salaire; que je compare toujours en rapport 1 dollar = 1 euro car dans le fond, en Europe, nous gagnons des euros et à Montréal, des dollars donc le résultat est le même sur place car nous dépensons notre salaire dans la même monnaie. Mais bon, je vivais à Bruxelles et non Paris. Peut être qu'il ne faut pas chercher plus loin.
    Mais j'ajouterai tout de même que globalement, pour avoir le même niveau de vie qu'en Europe, il faut payer plus à Montréal.
    Néanmoins, cela ne joue pas sur la qualité de vie, qui pour moi, est bien meilleure.

    Bon canadanniversaire!

    ol.

    RépondreEffacer
  25. Bonjour à vous !
    Félicitations pour votre premier anniversaire québécois, un bel exemple d'intégration et bravo pour ce bilan vraiment intéressant dans lequel nous nous retrouvons un peu...
    A bientôt et bonne chance dans la recherche de votre prochain appart !

    RépondreEffacer
  26. Je me lance !
    Merci Marie pour ton bilan mais aussi pour ton blog, que je suis assidûment.
    Pour l'espresso, je te conseille celui de mon mari du Café des Alizés dans le quartier HoMa ;-)
    À bientôt peut-être
    Nath

    RépondreEffacer
  27. Bienvenue Nath!
    On ne connaît pas très bien le quartier HoMa, ça pourrait être l'occasion...

    RépondreEffacer
  28. La vie est belle au Québec...
    Que de sorties, de fiestas, plus que dans le sud de la France :lol:
    Une pensée à ce pauvre Quetsch pas facile sa vie... Faut lui trouver une copine...
    Bises à tous

    RépondreEffacer