LA JOB

Vaste question, mais avant tout 2 points à ne jamais oublier :

- personne ne nous attend ici
- la recherche d'un emploi est un job à plein temps!

A moins d'être boulanger, pâtissier, cuisinier, vendeur, informaticien, banquier... trouver une job n'est pas de tout repos. Il faut sérieusement se remettre en question avant de se lancer dans sa recherche et surtout S'ADAPTER! Point indispensable aussi : bien se renseigner sur la reconnaissance de ses diplômes et vérifier que sa profession n'est pas réglementée car si c'est le cas, ça complique considérablement les choses...

Moi, j'étais prévenue : travaillant dans les ressources humaines, tout n'est pas transposable et en particulier le droit du travail. La profession de Conseiller en Ressources Humaines est réglementée mais ça ne m'empêche pas de travailler quand même dans les RH, même si ce n'est pas au même niveau de responsabilités.

La quasi-totalité des immigrants qui arrivent au Québec viennent à Montréal et le taux de chômage à Montréal est quand même de 9,5% au 3ème trimestre 2009, la concurrence est donc rude. On se rend vite compte que les employeurs ne se contentent pas de rencontrer 1 ou 2 candidats, mais plutôt entre 6 et 10. Donc quand vous arrivez, sans la fameuse expérience québécoise et avec des diplômes que l'employeur ne connaît pas, vous n'êtes pas vraiment en position de force...

Nous avons une chance : nous parlons français et anglais. Montréal est vraiment une ville bilingue et ne pas connaître l'une de ces 2 langues ferme déjà pas mal de portes.

Rentrons dans le pratico-pratique avec le CV : il y a pas mal de différences entre nos beaux CV français et nos CV québécois. Ici, pas de photo, on ne donne pas son âge, son état civil et le CV fait 2 ou 3 pages. On insiste bien sur les réalisations.

Quand on commence sa recherche d'emploi, ces 4 sites indispensables nous sortent vite par les yeux!




Mais il ne faut pas se contenter de ça car peu d'annonces sont publiées et il ne faut pas négliger le "marché caché". Grande question : comment y accéder? Le RESEAUTAGE! Parler à ses voisins, aller à des 5 à 7, rencontrer des gens, aller au gym, Facebook, Viadeo... pas toujours facile mais il faut vraiment se lancer. Et puis moi ce que j'aime beaucoup, c'est l'envoi de candidatures spontanées en masse.

Les agences de placement sont également une bonne piste. Voici celles dans lesquelles j'ai été reçue :



Concernant les entrevues (et non "entretiens"), on parle très peu de la formation, beaucoup des réalisations mais avant tout du savoir-être (asociaux, s'abstenir). Les entrevues sont beaucoup plus complètes qu'en France et en général les recruteurs sont beaucoup plus professionnels. Tous ceux que j'ai rencontré avaient un guide de question avec notamment beaucoup de cas pratiques pour nous mettre en situation.

Quand on décroche une entrevue, on décroche aussi les tests qui vont systématiquement avec, ce qui surprend au début... mieux vaut l'anticiper!

On est testé et archi-testé! J'ai donc eu droit à des tests informatiques : Word, Excel, Powerpoint, Outlook, saisie mais aussi des cas pratiques, des notes à rédiger en français et en anglais, de la grammaire française, de la grammaire anglaise, de la traduction... Un vrai bonheur! L'avantage c'est que je fais du coup des progrès considérables en informatique!

Dans mon cas, il a fallu aussi que je revoie totalement mon vocabulaire pour parler de mon métier car je voyais beaucoup d'incompréhension dans les yeux de mes interlocuteurs au début : salariés = employés, mutuelle = avantages sociaux...

Tout ça pour vous dire que Frank a mis 5 semaines pour trouver une job temporaire de commis chez la marque "qui le vaut bien", 52 heures par semaine, et moi 7 semaines pour une job d'adjointe administrative/RH, 24 heures par semaine. Au moins, on travaille dans nos branches mais les entrevues continuent donc à un rythme soutenu. Il faudra un peu de temps pour obtenir professionnellement ce qu'on recherche mais on était prévenus...

Je vous laisse sur les logos de toutes les entreprises où j'ai eu des entrevues à aujourd'hui, comme quoi je n'ai pas chômé!