Visiter le Cambodge



Arrivée : Du Vietnam par bateau en remontant le Mékong depuis Chau Doc, au Vietnam.

Visa : pour les Canadiens et pour les Français, il est possible d’obtenir un visa à l’arrivée par cette frontière fluviale. Alors attention, cette frontière est soumise à de la corruption, comme plusieurs autres en Asie du Sud-Est. Le tarif officiel du visa est de 30 USD par personne pour une durée de 30 jours. Nous avons payé 34 USD par personne pour que la compagnie de bateau s’occupe de tout. Ce 4 USD rémunère ce facilitateur oui, mais inclut aussi le versement de bakchich aux agents d’immigration cambodgienne…


Dates : du 29 novembre au 12 décembre 2019 (14 nuits)

Logement : 
  • Phnom Penh : Scodo Guesthouse 3 nuits
  • Battambang : Luckyhostel 4 nuits
  • Siem Reap : Golden Siem Reap Hotel 7 nuits

Coût moyen par jour : 88,05 euros 

Départ : vers Don Det (4 000 îles) au Laos, par mini-van depuis Siem Reap (25 USD/personne)

Langue : le Khmer

Monnaie locale : deux monnaies en parallèle, le dollar américain (USD) et le riel cambodgien (KHR). En tant que touriste, nous retirons aux distributeurs (ATM) seulement des USD et on paie quasiment tout en USD. Les commerçants rendent la monnaie en USD aussi, et en riel pour la petite monnaie (les pièces de monnaie américaines ne sont pas utilisées).

Les prix sont pour 2 adultes et 1 enfant de 8 ans (= 2,75 personnes)

Le coût par jour comprend le logement, les repas au restaurant, les transports (bus, tuk-tuk, taxi, mini-van), les activités, l’épicerie et les petits souvenirs/achats pour nous 3. 

Les transports

Nous ne sommes restés que 2 semaines au Cambodge donc nous n’avons pas fait énormément de transports.

Une fois arrivés à Phnom Penh en bateau, nous avons surtout marché dans la capitale mais avons aussi utilisé Grab pour commander des tuk-tuks. Les courses ne sont pas chères en ville.

Pour le trajet Phnom Penh-Battambang, nous avons choisi un mini-van (Bayon) car la durée de trajet était légèrement plus courte qu’en bus traditionnel. Certes cela a été plus rapide que le bus, mais bonjour le mal de cœur! Notre chauffeur enchaînait accélérations, freinages, doublement, queues de poisson… Autant dire que nous avons serré les fesses tout le long, et que nous avions hâte d’arriver.

À Battambang, nous avons loué les services d’un chauffeur de tuk-tuk pour découvrir les environs, car c’est plus la campagne qu’il faut visiter que la ville à Battambang. Nous avons payé 30 USD pour les deux jours de tuk-tuk.

De Battambang à Siem Reap, nous avons choisi un bus traditionnel plutôt qu’un mini-van (ah oui?) et le trajet a été plutôt agréable, même si les arrêts ont été multiples pour embarquer et déposer des passagers/marchandises le long du chemin.

Pour visiter les temples d’Angkor, il faut impérativement trouver un moyen de transport car les temples sont assez éloignés les uns des autres. Plutôt que le vélo ou encore le taxi, nous avons choisi un tuk-tuk recruté en ville. Ce chauffeur nous a fait faire la petite boucle un jour, puis la grand boucle le deuxième jour pour un total de 30 USD. Si vous comptez faire un lever de soleil, notez qu’il y a généralement un extra à payer.

Sinon, pour se déplacer dans Siem Reap, nous avons utilisé l’application Grab pour commander des tuk-tuks. Les prix sont vraiment honnêtes, et l’application évite la négociation avec les chauffeurs.

Pour quitter le Cambodge pour la région des 4 000 îles, nous avons pris un service de mini-van (AVT) qui fait le trajet de bout en bout, de Siem Reap à l’île de Don Det (mini-van jusqu’à la frontière, transport de la frontière à Nakasong, puis barque pour traverser le Mékong). Le trajet est long (9 heures environ) et un arrêt d’une heure est obligatoire dans la ville de Stung Treng.


Voici ce qu’on a pu faire en 14 jours au Cambodge : 

Phnom Penh : 

nous n’avons pas eu de coups de cœur pour la capitale du Cambodge en elle-même, mais il y a quand même quelques belles découvertes à faire. La ville montre peu d’intérêt d’un point de vue historique et architectural, hormis quelques bâtiments comme le Palais Royal bien sûr, mais aussi le Musée national du Cambodge ou encore le marché central. En deux bonnes journées sur place, ce sont les trois visites que nous avons faites, mais attention, les frais d’entrée sont exorbitants : 10 USD/personne pour le Palais et encore 10 USD/personne pour le Musée. Le Palais mérite vraiment le détour, par contre le Musée le sera moins si vous visitez les temples d’Angkor avant. Le marché central mérite une petite visite, rien que pour voir l’ambiance spéciale, ainsi que les dames se faire coiffer entre un stand de vêtements et un stand de bijoux… La promenade le long du Mékong est malheureusement mal mise en valeur, mais cela ne nous a pas empêché de profiter de l’endroit pour y boire un verre.


Battambang : 

la deuxième ville du Cambodge a clairement des airs de campagne! Quelques rues ne sont d’ailleurs pas encore tout à fait pavées…. Si on vient à Battambang, ce n’est pas pour découvrir la ville – qui ne possède que quelques maisons coloniales et un grand marché couvert – mais sa campagne. Pour ce faire, nous avons loué les services d’un chauffeur de tuk-tuk pour 2 journées. Durant ces deux jours, nous avons arpenté la campagne et vu : le bamboo train, une ferme aux crocodiles, le tour de quelques spécialités culinaires (bamboo sticky rice, rouleaux de printemps, alcool de riz, bananes séchées), un champ et une grotte d’exécution de l’époque des khmers rouges, des temples, un envol de millions de chauve-souris et quelques autres arrêts. Deux journées bien chargées mais qui nous ont permis de mieux connaître la culture locale. À Battambang, nous avons assisté à une représentation du cirque Phare, dont la mission est d’apprendre un métier aux jeunes défavorisés et de promouvoir cet art, puis nous avons suivi un cours de cuisine chez Coconut Lily (10USD pour 4 plats), cours que nous recommandons chaleureusement.






Siem Reap : 

Siem Reap, c’est la ville où s’installer pour aller visiter les temples d’Angkor. Durant nos 7 nuits à Siem Reap, nous avons passé 3 jours sur les différents sites d’Angkor, puis visité durant les autres journées les Artisans d’Angkor, le centre d’entraînement des rats démineurs APOPO, le centre-ville avec un marché ancien, la fameuse Pub Street, des boutiques de massages etc. Nous avons aussi visité le superbe Royal Angkor International Hospital, dont la qualité des services n’a d’égale que sa tarification – merci notre assurance privée!


Les temples d’Angkor : 

nous avons opté pour le pass de 3 jours de visites qui peut être utilisé sur 10 jours (62 USD/personne, gratuit en-dessous de 12 ans), ce qui permet d’alterner visite et repos. Pfiou! Parce que la visite des temples n’est pas de tout repos. Avec les services d’un chauffeur de tuk-tuk recruté la veille en ville, nous avons fait le tour de la Petite Boucle le 1er jour, puis la Grande Boucle le 2ème jour. Le 3ème jour, nous sommes allés vers l’Est de Siem Reap en Grab où d’autres sites moins visités se cachent. Le bilan de ces 3 journées? Beaucoup d’émerveillement devant la diversité des temples, devant la finesse des gravures et sculptures, devant l’ingéniosité des Khmers de l’époque (IX au XVe siècles), devant les aménagements hydrauliques (lacs artificiels et canaux), et aussi devant la nature qui a repris ses droits sur certains temples. Angkor, c’est un site incomparable, une merveille, qu’il faut absolument visiter une fois dans sa vie.







Nos 3 coups de cœur : 


Les temples d’Angkor

Comme dit plus haut, le site d’Angkor est un véritable joyau, de la même envergure que le Machu Picchu ou encore Petra. Les temples étant disséminé sur une immense plaine boisée, il est impossible de voir l’essentiel en 1 journée, même si c’est ce que font de nombreux touristes en tour organisé. Nous avons passé 3 jours complets sur le site, mais il existe un autre forfait de 7 jours de visites à étaler sur un délai d’un mois, voilà une bonne idée pour les passionnés qui ont du temps devant eux!

Avant la visite, j’imaginais Angkor comme une série de temples similaires pas mal endommagés et assez recouverts par la nature. Ce n’est pas peu dire que j’ai été surpris par l’ampleur des constructions et par la variété des temples. Certes il y a quelques temples pas mal ensevelis sous la nature, mais ils sont loin d’être la majorité. Beaucoup de temples sont en bon état grâce à de la restauration, comme par exemple le grand temple d’Angkor Wat. D’ailleurs, bien qu’il soit majestueux et qu’il renferme de magnifiques fresques, il n’a pas été notre temple préféré. Peut-être est-ce à cause de la foule qui s’y pressait, de la chaleur ou tout simplement de la fatigue à arpenter cet immense site.

Voici nos temples préférés :

Liam a préféré le Bayon avec sa multitude de visages sculptés sur des tours. Marie a quant à elle préféré le temple Neak Pean, son charme venant certainement du fait qu’il soit posé sur l’eau. Moi, c’est Ta Prohm que j’ai préféré, car la nature y a pas mal repris le dessus.

Dernier point : nous avions entendu et lu que la visite du site pouvait parfois être difficile du fait de l’affluence. Au regard de notre expérience, dès que nous sommes sortis des temples majeurs comme Angkor Wat, Bayon ou encore Ta Prohm, nous avons croisé peu de touristes. Deux astuces : se lever tôt (ce que nous n’arrivons pas à faire) et faire les boucles dans le sens inverse. Et prenez-en plein les yeux!






La campagne autour de Battambang

C’est autour de Battambang que nous avons découvert de jolis paysages et quelques merveilles de la nature et construites par l’homme, mais c’est le mode de vie des Cambodgiens ruraux qui nous a le plus frappé. Beaucoup de locaux vivent encore dans des maisons en bambou tressé, plusieurs générations sous le même petit toit. On voit des enfants qui aident leurs parents alors qu’ils devraient être à l’école. On observe des pêcheurs patients pêcher dans une rivière qui charrie beaucoup trop de déchets. On est ébahis devant quelques singes, qui cherchent à manger parmi les détritus… Bref, la vie des ruraux n’est pas rose du tout, mais on voit quand même quelques sourires, et chez quelques-uns une volonté de faire changer les choses, individuellement ou collectivement, avec par exemple le projet hyper intéressant du cirque Phare. Battambang aura été une belle étape pour nous, car nous avons beaucoup appris sur la culture locale, notamment grâce à notre chauffeur de tuk-tuk, mais ce genre d’expérience peut certainement bien se faire dans d’autres endroits du pays.


Les HeroRATS d’APOPO

Cette organisation non gouvernementale s’est installée en 2012 au Cambodge afin d’aider le pays à se débarrasser des milliers de mines antipersonnelles encore enfouies dans tout le pays. La particularité de cette ONG est qu’elle forme des rats - cricétomes des savanes exactement – à la recherche de la poudre, car ces rats ont un odorat hyper développé. Plus rapide que les détecteurs de métaux et totalement sécuritaire pour les dresseurs comme pour les rats (ils sont trop légers pour sauter sur les mines), cette méthode fait ses preuves chaque jour sur le terrain. Les rats APOPO sont soignés aux petits oignons dans le centre d’accueil de Siem Reap, centre d’accueil qui explique intelligemment aux visiteurs tout l’importance de cette mission.



Ce que nous aurions pu faire avec quelques jours de plus sur place et/ou un plus gros budget : 

Nous avons complètement zappé le sud du Cambodge qui pourtant mérite de s’y arrêter quelques jours. Kep, Kampot et l’île de Koh Rong Sanloem sont les trois arrêts incontournables à faire dans le sud. On se les garde donc pour une prochaine fois, à combiner avec le sud du Vietnam!

Sinon, la région de Mondol Kiri avait l’air plutôt intéressante aussi, notamment pour ses sanctuaires d’éléphants, mais le risque de paludisme étant élevé dans la région, nous avons laissé faire…

Ce qui nous a surpris :

Moins bruyant que le Vietnam

Quand on arrive à Phnom Penh après un mois au Vietnam, la première chose qui surprend, c’est le calme. On cherche ce qui cloche, et on remarque qu’ici, les conducteurs de voitures/bus/tuk-tuks sont loin d’être aussi addicts à leur klaxon que leurs voisins. Et ça fait du bien!

Un pays sale, aussi

Malheureusement, le Cambodge ne fait pas mieux que le Vietnam sur le plan de la gestion des déchets. On trouve des détritus absolument partout, en ville comme à la campagne, sur les trottoirs comme dans les rivières… bref, un véritable carnage. Et encore une fois, beaucoup de plastiques à usages uniques, dont sacs d’emballage, pailles, petits plats pour emporter la nourriture etc.

L’argent, l’argent…

En 2 semaines, nous n’avons pas rencontré tant de Cambodgiens, mais le peu que l’on a vus, nous ont systématiquement parlé d’argent… Du point de vue des personnes rencontrées, nous sommes blancs, donc riches, donc on devrait payer des prix démesurément hauts. Aussi, nous avons eu le commentaire que nous gagnons au Canada en une journée ce qu’ils gagnent eux en un mois. Certes, ce n’est certainement pas faux, mais ce que nous nous sommes efforcés à leur expliquer, c’est qu’on ne mange pas pour 4 USD par personne par jour, qu’on paie des loyers très chers comparés aux leurs, et que nous payons cher en impôts… Difficile de mettre en perspective les choses pour ceux qui ne connaissent qu’une réalité et qui manquent clairement d’argent pour bien vivre.

La prostitution

En nous promenant dans les rues de Phnom Penh, nous sommes tombés sur des rues où il y avait clairement de la prostitution. De jolies jeunes hôtesses de bar, trop bien habillées, hèlent les touristes mâles afin qu’ils leur paient à boire (elles auront une côte sur la boisson) et plus si affinité. Ce qui est étonnant c’est de voir ce « manège » en pleine rue en plein jour, et voir que nombreux sont les hommes étrangers à y répondre. Il paraîtrait aussi que trouver des massages « boom boom » serait chose aisée.

Manger au Cambodge

De manière générale, on ne peut pas dire qu’on se soit régalés au Cambodge. Toutefois quelques spécialités nous ont bien plus, notamment le délicieux fish amok, et plus particulièrement celui que nous avons appris à faire avec l’aide de la chef du Coconut Lily à Battambang. Un vrai régal!

Sinon, nous avons goûté du bamboo sticky rice (riz + haricots rouges + lait de coco, le tout cuit au feu de bois dans un bambou), de délicieux currys, du lok lak (viande de bœuf marinée, émincée et épicée), des rouleaux de printemps frais ou frits, des samla chapek (soupe de porc au gingembre) mais surtout beaucoup de riz frit.

Dans la rue, surtout à Phnom Penh, on a vu beaucoup de stands avec des brochettes d’insectes, des œufs fécondés, des grenouilles et autres « délices » supposés.

Amok de poisson, nems et soupe Tom Yum, faits maison!

Budget :

Pour le Cambodge, Acontresens qui se base sur les coûts renseignés par de nombreux autres voyageurs, indiquait un coût moyen (hors avion) de 66 EUROS par jour pour 2 adultes et 1 enfant (=2,75 personnes), et nous sommes arrivés à un coût moyen de 88 EUROS.

Le budget se ventile ainsi :
  • Hébergement 27 EUR/jour
  • Épicerie 7,80 EUR/jour
  • Restaurant 15,10 EUR/jour
  • Activités et autres 16,45 EUR/jour
  • Transport 13,95 EUR/jour
  • Divers 7,80 EUR/jour (incluant 102 USD de visa)
  • Total 88,05 EUR/jour

Au final, nous sommes bien au-dessus du budget d’Acontresens. Deux raisons principales selon moi : d’abord le fait d’afficher les prix et de payer en USD (tous les prix sont arrondis au supérieur dans ce cas-là) et l’hébergement, car nous l’avons trouvé en général plus cher que le Vietnam à prestations équivalentes. Aussi, nous avons pris un hébergement un peu plus confortable que d’habitude à Siem Reap, car nous y restions 7 nuits. Au final, le Cambodge reste quand même un pays qui ne coûte pas cher aux voyageurs.



***

Nous quittons le Cambodge en mini-van pour la région des 4000 îles au Laos pour 75 USD à trois. Ah oui, j’oubliais, ajoutez à cela 1 USD par personne pour que l’agent d’immigration cambodgien accepte de vous tamponner votre passeport pour la sortie du territoire. #corruption

Pour voir notre album photos du Cambodge, c'est ici.

Vous pouvez aussi nous suivre sur : 


N'hésitez pas à nous écrire si vous avez des questions, commentaires sur le Cambodge ou sur notre voyage. Cela nous fera plaisir de répondre!