Visiter Israël et Bethléem en Palestine




Arrivée : D’Aqaba en Jordanie par la frontière terrestre, arrivée à Eilat (pas de frais de sortie ni de visa nécessaire pour les Canadiens et les Français) 


Dates : du 14 au 24 septembre 2019 (10 nuits) 

Logements : 
Auberge à Eilat (1 nuit)
Airbnb à Arad (2 nuits)
Chambre d’hôte à Tal Shahar (1 nuit)
Airbnb à Jérusalem (4 nuits)
Airbnb à Tel-Aviv (2 nuits)

Coût moyen par jour
 : 145 euros 

Départ :  vers Chypre, par avion depuis l’aéroport de Tel-Aviv.

Monnaie locale : le Shekel (ILS). 1 ILS = 0,26 EUR = 0,38 CAD. De ce que nous avons vu, le Shekel est bien accepté en territoire palestinien, tout comme le dinar jordanien.


Les prix sont pour 2 adultes et 1 enfant de 8 ans (= 2,75 personnes)

Le coût par jour comprend le logement, les transports (location de voiture pour 3 jours, bus, taxi, Uber, train), les activités, les restaurants, l’épicerie et les petits souvenirs/achats pour nous 3. 

Autant le dire tout de suite, le coût de la vie en Israël est un des plus élevés au monde. En territoires palestiniens, les prix redescendent toutefois sensiblement.

Les transports


Depuis la frontière terrestre d’Eilat, nous avons pris un taxi pour nous rendre dans la ville d’Eilat. Il semble y avoir un service de bus, mais c’était shabbat, alors aucun transport en commun! Durant Shabbat, le prix des taxis est d’ailleurs majoré.

Nous avons visité Eilat à pied, sinon il existe un système de bus.

Pour nous rendre à Jérusalem (en faisant des étapes), nous avons loué une voiture pour trois jours, ce qui était une solution plus économique à trois et plus souple pour la visite des étapes.
Attention par contre, notre loueur (comme la plupart des loueurs à ce que nous avons compris) ne nous autorisait pas à entrer en voiture dans les territoires palestiniens. Nous avons donc dû contourner le territoire palestinien en auto, plutôt que prendre une route plus directe. Il semble que certains loueurs à Jérusalem permettent de se rendre en Palestine, mais nous n’avons pas creusé la question.

À Jérusalem et Tel-Aviv, aucun besoin de voiture, les transports en commun sont efficaces et plutôt rapides – dont le super train léger dans Jérusalem. Par contre, durant Shabbat, ce sera à pied ou en taxi qu’il vous faudra vous déplacer.


Pour visiter Bethléem qui se trouve en territoire palestinien, nous avons pris un bus depuis Jérusalem, à la porte de Damas. Le trajet se fait bien, même si un peu long pour la distance (trafic + arrêt assez loin du centre historique de Bethléem). Par contre, attention de bien payer le bon prix, car le chauffeur nous a largement arnaqués à l’aller…

De Jérusalem à Tel-Aviv, il existe un train super confortable, rapide et assez bon marché même s’il faut faire un changement de train à l’aéroport de Tel-Aviv.

Pour se déplacer à Tel-Aviv en bus (il n’y a pas de métro), il vous faut absolument une carte rechargeable qui ne s’achète quasiment que dans les gares… Après, c’est la galère pour en trouver en ville!

Enfin, de Tel-Aviv à l’aéroport Ben Gourion, plutôt que de prendre un bus de ville + le train, nous avons opté pour un bus qui relie le centre-ville à l’aéroport. Ce bus a deux avantages : il n’est vraiment pas cher et il nous a évité de faire un changement de transport avec nos sacs à dos pesants. Par contre, le trajet est plus long dépendamment du trafic!

Côté routes, nous avons trouvé les routes que nous avons empruntées en excellent état, et la conduite est vraiment facile. D’ailleurs, merci aux panneaux qui sont toujours en hébreu et en anglais!
Par contre, attention aux chameaux qui errent sur certaines routes du désert… cela peut surprendre!


 

Voici ce qu’on a pu faire en 14 jours en Israël : 


Eilat : station balnéaire plutôt moderne de la Mer Rouge. Au programme, baignade, balade en ville. La ville n’a pas grand intérêt en elle-même, mais c’est quand même agréable de voir de l’agitation sur un front de mer.


Ein Bokek : la grande station balnéaire israélienne de la Mer Morte. Plage gratuite, bien aménagée avec douches, vestiaires, immenses parasols, promenades… Nous avons même trouvé à nous stationner gratuitement! Par contre, les nuits d’hôtel n’y sont pas abordables…



Ein Gedi : un grand wadi super agréable dans lequel on se balade sur des sentiers qui longent une succession de petites cascades dans lesquelles on peut généralement se baigner. Une super activité pour contrer la chaleur! Nous avons même pu observer des rock hyrax!


Massada : cité-forteresse érigée dans le désert sur un plateau haut de 450m surplombant la Mer Morte. Une visite très enrichissante même si la chaleur est extrême là-haut. Deux façons d’y accéder : le téléphérique ($$) depuis l’Est (la Mer Morte) ou en voiture + ascension à pied depuis l’Ouest (le désert). Nous avons opté pour la grimpette, et nous en souvenons encore!


Beit Guvrin : parc national qui regroupe une série de grottes de l’époque hellénistique ainsi qu’une ancienne ville romaine. En plus de l’aspect historique, on s’extasie devant le volume des grottes et leur potentiel photogénique. On retrouve sur le site des grottes, des tombeaux mais aussi une ancienne ville romaine avec amphithéâtre, agora et bains romains.


Jérusalem : une ville tout simplement hallucinante, qui témoigne de la ferveur continuelle des trois grandes religions. Une ville de contrastes qui étonne sans cesse. Trois grands lieux saints dans la ville fortifiée : le Mont du Temple avec sa mosquée et le Dôme du Rocher (Islam), le Mur des Lamentations (Judaïsme) et l’Église du Saint-Sépulcre (Christianisme). À cela s’ajoutent tous les lieux où Jésus et/ou Marie sont passés : le chemin de croix, la grotte où Marie est née, l’église dans laquelle Marie repose, l’endroit où Jésus a passé sa dernière soirée avant d’être crucifié, le mont des oliviers… bref, il y a de quoi visiter pendant plusieurs jours!


Bethléem :  on est loin de l’image du village qui a vu la naissance du Christ, mais cette ville reste tout de même intéressante à visiter d’un point de vue historique, et j’imagine un incontournable pour les fervents chrétiens. Parmi les lieux importants, il y a bien sûr l’Église de la Nativité (avec le lieu exact où serait né Jésus), la Grotte de Lait et l’Église Sainte-Catherine. Plus loin du centre, on se désole devant le mur érigé par Israël (voir plus loin).


Tel-Aviv-Jaffa : une grande ville où il fait bon vivre. Les plages sont magnifiques et grandes, mais attention aux vagues! Les habitants semblent prendre le temps de vivre, de boire un café en terrasse, de manger jusque tard dans la nuit… Une ville à part! Les ruelles de Jaffa quant à elles sont charmantes.


Nos 3 coups de cœur : 


Jérusalem

Jérusalem, c’est une ville qui surprend, qui déroute, qui fait se poser des questions. Ce qui nous, nous a surpris le plus c’est la ferveur des visiteurs, peu importe leur religion. Que ce soient les Juifs au Mur des Lamentations, les Chrétiens dans l’Église du Saint-Sépulcre ou les Musulmans sur le Mont du Temple, la ferveur a de quoi surprendre, surtout pour des « mécréants » comme nous. À cela s’ajoute la cohabitation étonnante dans la ville entre les différentes communautés, le tout surveillé de près par la police israélienne et/ou palestinienne. Une certaine forme d’équilibre ou bien un baril de poudre prêt à exploser? Il faut aussi ajouter que c’est un véritable plaisir de déambuler dans les dédales étroits de la ville fortifiée, même si les commerces semblent avoir chassé les habitants.
Autre visite marquante : le musée de l'holocauste, hyper poignant mais malheureusement interdit aux enfants de moins de 13 ans,


 

Bethléem

Bethléem n’est clairement plus le village que Jésus a connu à sa naissance. Toutefois, le centre historique reste un endroit à voir, surtout pour ses hauts lieux de la chrétienté. Il est évident que les croyants y trouveront un intérêt suprême. Mais Bethleem, c’est aussi une ville enfermée au nord par un mur construit par Israël. Un mur de la honte qui sépare la Palestine d’Israël. Bien que de nombreux artistes (dont Banksy) aient investi le mur, il n’en reste pas moins une véritable cicatrice qui marque les visiteurs. Une ambiance radicalement différente du centre de la ville.

  


Massada

Au bord de la Mer Morte, mais perchée sur un plateau élevé, Massada est une cité-forteresse qui se mérite, si l’on s’y rend à pied (par la rampe d’assaut construite par les Romains pour prendre la ville aux Juifs) plutôt qu’en téléphérique. Arrivés en haut, les ruines archéologiques évoquent sans problème la grandeur de cette cité, qui offre un superbe panorama sur la Mer Morte et le désert de Judée. Par contre, attention à la chaleur aussi bien en montant que durant la visite là-haut, c’est le pire que nous avons vécu en Israël car l’ombre se fait rare sur cet immense plateau. Fait marquant du site : plutôt que de se rendre aux Romains au terme de 7 mois de siège, les sicaires (faction de dissidents juifs extrémistes) se suicidèrent collectivement. Massada est donc devenu un récit populaire national illustrant l’héroïsme face à l’oppression.


Ce que nous aurions pu faire avec quelques jours de plus sur place : 


Une journée de plus à Eilat nous aurait permis soit d’aller nager avec les dauphins en liberté au Dolphin Reef ($$$) soit d’aller faire du snorkeling dans l’environnement préservé du Coral Beach Nature Reserve ($$).
Avec deux journées de plus, nous aurions ajouté Haïfa au programme, une ville qui semble plaire aux visiteurs, notamment avec ses jardins de Bahai.
Avec une semaine de plus, nous serions allés dans le Nord du pays, avec le Plateau du Golan, la Mer de Galilée mais aussi Naplouse et Ramallah en territoires palestiniens.

 

BUDGET 


Pour Israël, Acontresens qui se base sur les coûts renseignés par de nombreux autres voyageurs, indiquait un coût moyen (hors avion) de 126,50 EUROS par jour pour 2 adultes et 1 enfant (=2,75 personnes), et nous sommes arrivés à un coût moyen (hors avion) de 145 EUROS. C’est la première fois que nous avons dépassé le budget prévisionnel et avec une telle différence en plus. Cela est peut-être dû à une fourchette moins représentative de voyageurs.

Le budget se ventile ainsi :
73 EUROS par jour en moyenne pour l’hébergement (les options moins chères pour 3 personnes sont quasi inexistantes),
19 EUROS pour l’épicerie, 
25 EUROS pour les restaurants (en général, le repas du midi au resto, les deux autres à la maison ou pique-nique), 
7 EUROS par jour en moyenne pour les activités et autres,
13 EUROS par jour pour les transports (incluant bus locaux et tramway, taxi, location d’auto de 3 jours, train). 
Au final, nous sommes donc bien au-dessus du budget prévisionnel pour l’Israël, alors que nous n’avons fait aucune dépense extravagante. Il faut dire que tout est très cher là-bas, les logements comme les restaurants particulièrement.


 le désert de Judée

Manger en Israël


Le pays étant très cher, nous avons surtout mangé dans des petits restaurants, fait des pique-niques ou encore cuisiné lorsque possible. La nourriture est parfois hors de prix! 25 euros pour un burger tout simple en bord de mer à Tel Aviv par exemple!

Dans la cuisine locale, on a apprécié les différents hummus, les falafels, les salades de légumes et le taboulé.
Au marché de Jérusalem (Mahane Yehuda), c’est un véritable régal pour les yeux et les odeurs. On retrouve une ribambelle de desserts colorés, fruits et légumes mais aussi spécialités cuisinées. Un marché à ne pas rater!



Ce qui nous a surpris : 


Shabbat

Bien que « novices » en religions, nous savions que Shabbat était un moment important pour les Juifs. Mais nous étions loin d’imaginer que ce temps d’arrêt était si marqué dans le pays : aucun transport en commun, aucun commerce ouvert… tout simplement! Autant dire qu’il faut avoir l’information pour organiser son séjour dans le pays!
À Jérusalem, ville juive et musulmane, il faut naviguer entre les vendredis (jours de prière arabes) et shabbat pour pouvoir visiter le Mont du Temple ou encore les fondations du Mur des Lamentations. Bien vous renseigner sur les jours et heures d’ouverture à l’avance! Les commerces commencent déjà à fermer dès 15h le vendredi…



Ferveur à Jérusalem et Bethléem

Bien que déjà évoquée plus haut, la ferveur des pratiquants musulmans, juifs et chrétiens nous a totalement surpris. Que ce soit à Jérusalem ou à Bethleem, on ne s’est pas lassé de voir ces croyants chrétiens prier un peu partout (églises, grottes, devant un tableau, sur le chemin de croix…), chanter, être en totale communion. Observer les pratiquants juifs prier auprès du Mur des Lamentations fut aussi un moment très fort, à tel point que nous y sommes retournés plusieurs fois. Pour observer les Musulmans par contre, c’est plus dur car l’accès à la grande Mosquée al-Aqsa est interdit aux non-musulmans, et le Mont du Temple fermé les vendredis et samedis, mais nous nous sommes retrouvés par hasard à la sortie de la prière du côté de la porte des Lions, et nous avons pris un bain foule rare.

 


Palestine/Israël avec des tensions palpables

Les tensions entre Israël et la Palestine sont palpables au quotidien. Le plus frappant, c’est évidemment le mur dressé à Bethleem, mais je dirais que le contrôle exercé à Jérusalem par les polices armées fait un drôle d’effet.
On a d’ailleurs noté, durant nos 3 jours en auto, que plusieurs villages israéliens avaient des routes d’accès limitées et dotées de portails. J’imagine que ces portails sont installés pour mettre en sécurité les populations en cas de conflit…
À Arad, en plein désert de Judée (mais assez proche des territoires palestiniens), nous avons aperçu et entendu des dizaines d’avions de chasse chaque jour.
Attention toutefois, jamais nous ne nous sommes sentis en insécurité, que ce soit en Israël ou en territoire palestinien. Mais difficile de faire abstraction du risque d’attentat, étant donné l’histoire du pays.
Les tensions Juifs / Arabes au sujet du territoire, nous les avons ressenties dès la Jordanie car nous avons rencontré des Palestiniens exilés en Jordanie (ils semblent être très nombreux), mais aussi des Jordaniens qui voulaient nous expliquer leur point de vue. Le sujet étant si délicat, nous avons marché sur des œufs en Jordanie dès lors que le sujet d’Israël était abordé.



Israël propre, ordonné

Israël est un pays propre, ordonné, qui s’est doté de règles claires, un contraste saisissant avec la Jordanie que nous avons visitée juste avant. Un ordre qui nous a semblé presque rigide parfois.



Le coût de la vie

Israël est un pays au coût de la vie très élevé. L’essence, la nourriture, les activités, les logements, tout est cher dans le pays. Faire ses emplettes au marché de Jérusalem, ça coûte un bras! Pour les budgets ultra serrés, privilégiez donc de dormir et manger dans les quartiers arabes, bien moins chers. C’est bien simple, nos shekels fondaient comme neige au soleil.


Pour conclure, nous avons passé 10 belles journées en Israël, et en ressortons ravis, malgré les tensions palpables.

Nous quittons Israël en avion pour Chypre.

Pour voir notre album photos de 14 jours en Israël, c'est ICI.

Vous pouvez aussi nous suivre sur :

·                Facebook Trip de voyage
·                Instagram NotreMontréalité
·                Polarsteps, pour nous suivre pas à pas. 

N'hésitez pas à nous écrire si vous avez des questions, commentaires sur l’Israël ou sur notre voyage. Cela nous fera plaisir de répondre!