mardi 12 mai 2015

Promenade de Jane - Rabbins, écrivains et militants radicaux

La deuxième promenade de Jane que nous avons choisie cette année nous a plongés dans le Montréal juif. Nous étions guidés par une employée du Musée du Montréal juif, jeune diplômée d'une maîtrise d'études juives à Concordia.
Nous avons commencé la promenade au coin des avenues Mont-Royal et Esplanade face à l'ancienne Jewish Public Library, fondée en 1914 mais qui a déménagé depuis quelques années sur Côte Sainte Catherine.
À la fin du 19e siècle, début 20e siècle, de nombreux immigrants juifs venant d'Europe sont arrivés, parlant uniquement yiddish. Cette langue a longtemps été la 3ème langue la plus parlée à Montréal mais les jeunes générations semblent la délaisser. Aujourd'hui, la population juive de Montréal ne représente plus que 2.5% de l'ensemble de la population de la ville.
En 1929, la communauté juive a ouvert le "Young Men's Hebrew Association", l'équivalent du YMCA pour les juifs, permettant de développer les jeunes hommes physiquement, mentalement et moralement. Un club de danse mixte pour les jeunes n'a existé que 2 ans car il a trop bien fonctionné, des couples se formant rapidement et fondant leurs familles. Aujourd'hui, ce bâtiment dont les fenêtres rappellent les 7 tablettes juives abrite des condos de luxe.
Voici la maison de l’arrière-grand-père de Léonard Cohen, le rabbin Zvi Hirsch Cohen. En 1908, il s'est opposé à un autre rabbin pour contrôler la certification (et ses revenus) de la viande kasher. Cette bataille a duré jusqu'en 1925, chaque camp traitant l'autre de traître, et elle est connue sous le nom de Guerre de la viande kasher.
Plusieurs organismes communautaires ont été créés pour venir en aide aux juifs en difficulté : pauvreté, orphelins, traumatismes de la 2ème guerre mondiale...
Lors de cette visite, nous nous sommes promenés dans le quartier du Mile End, ses rues, ruelles, avons vu d'anciens lieux de culte juifs. Les juifs riches sont surnommés les "uptowners" et se sont installés dans Westmount et Outremont tandis que les moins argentés, les "downtowners" sont arrivés dans le quartier chinois puis le Mile End.
Des années 1920 jusque dans les années 1950, de nombreux immigrants juifs originaires d’Europe de l’Est sont arrivés et ont formé une communauté dense, cette partie du Mile-End formant le cœur du quartier juif de Montréal. Puis la plupart des familles juives ont ensuite gagné d’autres quartiers, notamment Outremont, Côte-des-Neiges et Snowdon.
Les juifs ont quitté le quartier, revendant même leurs synagogues dont l'une au Collège français.
Encore une belle balade sous le soleil où l'on a appris pleins de choses. 
Vivement les prochaines promenades de Jane! 

2 commentaires:

Annaig a dit...

Très intéressant effectivement, merci de ce compte rendu !

Marie a dit...

Bienvenue ;-)