jeudi 31 mai 2012

Journée des musées 2012

Frank souhaitant bricoler/jardiner dimanche, Liam et moi avons du débarasser le plancher et ça tombait bien car c'était la journée des musées.

Nous avons commencé dans le Vieux-Montréal avec la maison de Sir George-Étienne Cartier. C'est une maison victorienne de 1837 dans laquelle il vécut pendant 7 ans. C'est maintenant un musée à la mémoire de cet homme d'état canadien-français, l'un des pères de la confédération canadienne.
On y voit un rappel historique,
et quelques salles meublées d'origine que nous présentent 2 guides costumés.
Puis nous sommes allés visiter le musée Marguerite Bourgoys. Cette dernière est une Française (1620-1700) qui a été la fondatrice de l'enseignement du français à Montréal, canonisée par Jean-Paul II en 1982.
Ce musée présente des objets de l'histoire religieuse, sociale et culturelle de l'époque avec notamment une amusante salle des miniatures qui représentent de nombreuses scènes de la vie.

Nous avons également pu visiter la crypte de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours qui est annexée au musée mais j'ai renoncé à monter à la tour de la chapelle avec Liam dans les bras.
Puis nous sommes allés faire un tour aux cultures gourmandes de Pointe-à-callière. Il y a 2 ans, il y avait des dégustations, maintenant ça se résume à des stands de bouffe.
Il y avait aussi quelques animations comme une soporifique démonstration d'arts martiaux, les éternels tambours japonais qu'ils nous ressortent à tout bout de champ, de sympathiques ateliers pour enfants : origami, maquillage, apprentissage des baguettes. Dans l'ensemble il n'y avait pas un grand intérêt.
Nous avons terminé par le musée d'art contemporain de Montréal et notamment ses 2 expositions : "autour de l'abstraction" et "zoo".
Liam est resté méditatif devant les monochromes rouges et ne rêvait que d'aller rejoindre les fourmis métalliques!
Mais le clou de la visite pour lui a été la baignade dans les jets d'eau de la place des festivals...

mercredi 30 mai 2012

Compostons !

Comme 40% de nos déchets sont organiques, pourquoi les laisser se faire enfouir et ne pas bénéficier de leurs effets positifs en les compostant ?

L'Écoquartier du Plateau Mont-Royal (basé dans le chalet du Parc Laurier) dispensait une séance d'information à la bibliothèque du quartier afin de faire connaître et promouvoir le compostage individuel.

Au cours de cette rencontre, un employé de l'organisme nous a expliqué les différents types de compostages (compostage classique, vermi-compostage), leurs bienfaits et la méthode. Je ne vais pas refaire le cours mais je vous donne un lien très complet.

J'ai donc succombé à l'appel de la nature et ai commandé mon composteur individuel pour la modique somme de 25$ (l'Écoquartier finance une partie du composteur, avec une preuve de résidence dans le quartier).
J'ai choisi un composteur de balcon (en bois) car les composteurs classiques se posent à même le sol (permettant aux organismes et micro-organismes de venir composter directement vos épluchures de carottes).
Le composteur de balcon a un socle. Et donc, pour amorcer le compostage, il faut mettre une bonne pelletée de terre (avec les bibittes invisibles dedans).
Depuis, nous compostons joyeusement en suivant la règle suivante : déposer autant de matières riches en azote (fruits, légumes, mauvaises herbes, coquilles d'oeuf etc) que de matières riches en carbone (feuilles sèches, papier, pain, riz, carton etc). C'est la clé du succès. Comme le processus est assez long (6 mois/1 an), je profiterai de mon compost pour mes plantations du printemps 2013.

Pour les sceptiques, je confirme que le composteur ne dégage aucune odeur, qu'il nécessite que très peu de temps (brasser le compost une fois par semaine environ), qu'il fera fleurir davantage notre chévrefeuille et qu'il permet de réduire notre empreinte écologique !

By Frank ;-p

mardi 29 mai 2012

Suspendons les vieux

Dans le cadre du festival transamériques, 2 chorégraphes allemands : Angie Hiesl et Roland Kaiser ont proposé du 24 au 27 mai 4 performances d'une heure de petits vieux accrochés sur des chaises à 5 mètres du sol.
Autant dire que ça surprend les passants et fait naître des sourires.
Les chorégraphes présentent ces personnes âgées comme des "anges mûrs qui témoignent du temps qui passe".
Cela se passait sur divers bâtiments (restaurants, université, métro) du Quartier Latin et j'ai eu  la chance de tomber dessus par hasard.
Les personnes âgées ne regardaient pas les passants, occupées à tricoter, lire ou même peler des carottes.
Ces performances ont déjà été présentées en Europe et Amérique du sud.
Il ne faut quand même pas avoir le vertige ni la bougeotte pour rester suspendu comme ça pendant une heure...

Speed dating gourmand du 26 mai 2012

Samedi, nous sommes repartis à la rencontre des commerçants de l'avenue Mont-Royal dans le cadre d'un speed-dating.
Nous avons commencé au Kiosque Mont-Royal, juste à la sortie du métro. Jusqu'à fin octobre, on y trouve un peu de tout : à boire, à manger, à planter.
Nous avons eu droit à un "thé vivant" chacun et à un plateau-dégustation avec trempettes, fromages et surtout un très bon végé-pâté.
Puis direction Renard artisan bistro avec de la cuisine inventive.
La décoration de ce petit bistro est efficace et les 3 bouchées apéritives que nous avons dégustées réussies.
Cuillère chinoise de tête de violon et crabe, toast de homard des îles et verrine de soupe froide de tomates et chorizo.
Ensuite visite du Kahwa Café que j'avais déjà découvert lors d'un précédent speed-dating.
On nous a offert à chacun un café ou café latté frappé avec fleur d'oranger au format régulier.
Puis découverte du restaurant Plein Sud tenu par un niçois et une corse. Ils avaient mis les petits plats dans les grands pour nous car c'est carrément un repas miniature qu'ils nous ont proposé : boulette à la farine de chataigne, jarret d'agneau braisé et lentilles, délicieux gateau au brocciu (fromage) et citron. Ça nous a donné très envie d'y retourner un midi de semaine car ils proposent une appétissante table d'hôte pour une quinzaine de dollars.
Et pour finir, une agréable surprise : La Pretzelléria, tenue par un jeune couple de Roumains. Nous avions détesté les pretzels goûtés à Central Park et là ça n'avait rien à voir...
Ils sont fabriqués sous nos yeux pour 2 à 4$ et les choix sont nombreux : au sésame, au pavot, mais aussi à la saucisse, au fromage (mon coup de coeur) ou encore à la cannelle et chocolat (le coup de coeur de Frank). C'est pas léger-léger mais pas mal pour se faire plaisir une fois de temps en temps...
J'aime vraiment cette initiative de la Société de développement de l'avenue Mont-Royal qui nous permet de découvrir des commerces dans lesquels nous ne serions pas forcément rentrés. Dommage que les places partent si vite...

lundi 28 mai 2012

1 an d'Heston

Le temps passe vite... le bel Heston a fêté lui aussi son premier anniversaire.
Il a été bien gâté mais on le sait bien, rien ne vaut un carton!
Pour faire plaisir au chat aussi d'ailleurs...

Distribution de fleurs

L'arrondissement du Plateau Mont-Royal a organisé samedi à 9h une distribution gratuite de fleurs pour les riverains dans 4 parcs dont le parc Laurier.
Comme nous sommes debout de bonne heure grâce à notre chérubin, nous sommes allés faire la file. À 4, à papoter et courir après Liam, 1 heure, ça passe vite même si ce n'est pas très rentable pour récupérer 4 petits pots de plantes vivaces ou annuelles et un sachet de semences.
Nous avons pu choisir les plantes qui s'ajouteront à celles que nous avons déjà plantées sur nos 2 terrasses.
Et nous avions aussi la possibilité de commander gratuitement une vigne vierge. Une sympathique initiative pour nous inciter à jardiner et lutter contre les îlots de chaleur.

dimanche 27 mai 2012

Collation des grades

Vendredi, j'étais bénévole pour travailler à la collation des grades de l'Université de Montréal. Plus de 200 doctorants à habiller et déshabiller, une belle expérience!
Évaluer la stature de chaque doctorant (les hommes se pensent souvent plus gros et les femmes plus minces...), leur donner une toge, un mortier (le chapeau) et leur dire de toujours mettre le gland à gauche car cela signifie qu'ils sont diplômés.
C'est une cérémonie très protocolaire avec peu de place pour l'imprévu. 
Le cortège des doctorants se dirige dans la grande salle et chacun se voit remettre son diplôme dans un tube et une épitoge de la couleur qui représente sa discipline. L'épitoge est une bande de tissu avec 3 rangs d'hermine (je pense plutôt que c'est du lapin) qui s'accroche sur l'épaule gauche. Un rang d'hermine pour un bachelier, deux pour un licencié et trois pour un docteur.
Les toges et les mortiers sont nettoyés pour resservir l'année prochaine mais chaque doctorant repart avec son épitoge. Chaque université a sa propre toge, celle de l'université Mc Gill par exemple est rouge, et le cortège des professeurs/directeurs de recherche était assez coloré.
Malheureusement, les étudiants ne jettent pas leur mortier à la fin de la cérémonie comme aux États-Unis. Mais je trouve qu'avec le petit cocktail servi, c'est quand même une bien belle façon de célébrer la fin de ces longues études.

vendredi 25 mai 2012

Le Roy pendu

Soirée tapas au Roy pendu!
L'endroit est chaleureux et en plus c'est jeudi-blues.
On retrouve le menu de tapas sur des ardoises aux murs.
Chaque assiette est différente, appétissante et joliement présentée. 
 Tuite gravlax
Tartare saumon/guacamole et risotto aux champignons (pas très présents)
Crevettes et salsa de mangue

Seul leur gateau au chocolat ne nous a pas convaincus. Autrement c'est une très bonne adresse même si une fois de plus nous étions bien contents d'avoir un coupon car les tapas restent des tapas et la facture grimpe vite si on veut manger en quantité suffisante.